Category Archives: Central African Republic

UN Peacekeeping Chief on the dire situation in the Central African Republic

New York, 28 July 2017 

Addressing the Security Council yesterday on the Central African Republic, the Under-Secretary-General for Peacekeeping Operations, Jean-Pierre Lacroix, warned that the increased intensity of attacks on civilians and peacekeepers risks bringing us rapidly to a tipping point, which ‘we must forestall at all cost’.

He was referring to the worsening security and humanitarian situation in Bangassou, in the south-east part of the country, where three peacekeepers were killed since last Sunday when they came under attack by self-defence groups affiliated to anti-Balaka while trying to secure access to water sources for the 2,000 displaced civilians. 

Mr. Lacroix also raised serious concerns about the deterioration of the security situation in the border town of Zemio, 290 km east of Bangassou, with the risk of further clashes between the Muslim community and elements affiliated with anti-Balaka, which had already led to the displacement of more than 22,000 civilians. He also mentioned that the security situation in the town of Bria, in the north of the country, remains fragile and that the departure of the Ugandan and American forces from the eastern part of the country this spring has created a vacuum leading to the emergence of hostile ‘self-defence’ groups. 

He also drew attention to the worsening humanitarian situation. Since last year, the number of internally displaced persons has increased by almost 40 percent while, at the same time, attacks against humanitarian personnel, convoys and infrastructure have intensified. 

Mr. Lacroix noted that this violence is taking place against the backdrop of sustained fighting in the south-east of the country, heightened inter-ethnic tensions and efforts by spoilers to manipulate communities along religious lines and undermine the stabilization process in the country. 

Mr. Lacroix updated the Council on the robust posture taken by the UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Central African Republic (MINUSCA) and its efforts to reinforce Bangassou through re-deployments of additional peacekeepers in order to stabilize the situation, stop the attacks on internally displaced persons, enable the delivery of humanitarian assistance and address the threat of the anti-Balaka affiliated groups. 

However, Mr. Lacroix stressed yet again that a military solution to the problem of the armed groups will not suffice to address the root causes of the conflict. The absence of tangible progress in the peace process risks further worsening the situation. He emphasised the importance of operationalizing the July 17 roadmap by the members of the African Initiative for Peace and Reconciliation and underlined the importance of prioritising the implementation of the ceasefire agreed upon in the Rome agreement of 20 June. He reiterated the UN’s commitment to support the mediation efforts by the African Initiative in line with MINUSCA’s mandate. 

He also pressed the Council to put the Central African authorities before their responsibility to foster national reconciliation and protect and serve all Central Africans, including minorities, while welcoming the Council’s readiness to impose sanctions on spoilers. 

MINUSCA continues to support the Government to advance national reconciliation and is intensifying political advocacy by mobilizing local, traditional, religious and national authorities to counter incendiary speech and advocate for all Central Africans to contribute to prevent the situation from relapsing. In the last weeks, the Mission has undertaken a series of visits with the national authorities to Bangassou and Zemio to promote reconciliation. 

Mr. Lacroix finally paid tribute to the 13 peacekeepers who lost their lives since the beginning of the year as a result of attacks against them, including nine in Bangassou and surroundings alone.

Mr. Lacroix is heading over the weekend to the Central African Republic to convey a message of support to MINUSCA and engage with the national authorities. 

Note to correspondents on MINUSCA

New York, 21 June 2017: The UN Secretariat has concluded a review of the deployment of uniformed personnel from the Republic of Congo in the UN Mission in the Central African Republic, MINUSCA.

The UN recognises the importance of the sub-region in the resolution of the crisis in the Central African Republic and expresses its appreciation for the constructive role played by the Republic of Congo, and President Sassou-Nguesso as international mediator during the Transition and after the election of President Touadera, and looks forward to their continued political engagement to bring stability to the Central African Republic.

The review of the deployment of uniformed military personnel from the Republic of Congo found that the nature and extent of existing allegations of sexual exploitation and abuse, in their totality, point to systemic problems in command and control. These problems have also been compounded by issues related to the preparedness, overall discipline, maintenance of contingent owned equipment, and logistical capacity of these troops.  

The outcome of the review has been shared with the authorities of the Republic of Congo, who have decided to withdraw their military personnel deployed in MINUSCA.

The Government of the Republic of Congo has reiterated its commitment to United Nations peacekeeping and stability in the Central African Republic. The Secretariat is working with the Republic of Congo and MINUSCA on the modalities for a speedy withdrawal that will have the least impact on the mission’s operational requirements and ability to implement its mandate.

The United Nations stands ready to assist the Republic of Congo authorities by identifying factors in the areas of leadership and command, performance, conduct and readiness, to enable them to address these gaps and for Republic of Congo military contingents to be eventually considered for future deployment to United Nations peacekeeping operations.

Failures identified with the military contingent are not reflected by the performance of the police contingent from the Republic of Congo, also deployed with MINUSCA. Therefore, the police contingent will be retained. Nonetheless, the Republic of Congo authorities have been requested to urgently inform the United Nations of accountability measures they have taken regarding the one substantiated allegation of sexual abuse involving a Republic of Congo police personnel.

Sécurité : les Etats membres de l’UNSAC se retrouvent à Yaoundé du 29 mai au 02 juin pour leur 44e réunion ministérielle // Security: UNSAC Member States in Yaoundé from 29 May to 02 June for their 44th Ministerial Meeting

Yaoundé (Cameroun), 27 mai 2017– La  44e réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) aura lieu du 29 mai au 02 juin 2017 à Yaoundé, la capitale du Cameroun. Les travaux commencent avec la rencontre des experts qui, pendant trois jours, feront un état des lieux prospectif de la situation sécuritaire et géopolitique dans les onze Etats membres du Comité (Angola, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Congo, République démocratique du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Rwanda, Sao Tomé et Principe, Tchad).

Les discussions porteront sur les questions en rapport avec, entre autres, la gouvernance politique et les multiples facteurs qui menacent la paix et la stabilité de la sous-région. Les participants échangeront notamment des vues sur la dimension régionale de certaines crises, dont celle de la République centrafricaine. Ils mettront également un accent sur les voies et moyens de renforcer la lutte contre les phénomènes comme la violence armée et le terrorisme, l’insécurité maritime dans le Golfe de Guinée, le braconnage et le trafic illicite des espèces sauvages, les tensions électorales, le trafic des drogues, la criminalité transnationale organisée, la prolifération des armes légères et de petit calibre, etc.

Sur ce dernier point, il convient de souligner que la 44e réunion du Comité s’ouvrira près de trois mois après l’entrée en vigueur, le 8 mars 2017, de la Convention de l’Afrique centrale pour le contrôle des armes légères et de petit calibre, de leurs munitions et de toutes pièces et composantes pouvant servir à leur fabrication, réparation et assemblage, dite “Convention de Kinshasa” – adoptée le 30 avril 2010 lors de la 30e réunion du Comité à Kinshasa (République démocratique du Congo). Cette entrée en vigueur a été facilitée par le dépôt, le 6 février 2017, du sixième instrument de ratification par l’Angola (précédé quelques années plus tôt par le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, le Gabon et le Tchad).

UNOCA avait exprimé sa satisfaction par rapport à cette évolution positive à laquelle il a contribué à travers diverses actions de plaidoyer auprès des Etats membres du Comité. « Nous continuerons à soutenir les efforts de la sous-région dans sa détermination à prévenir, à combattre et à mettre fin à la circulation incontrôlée des armes en Afrique centrale », souligne M. François Louncény Fall, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique centrale et Chef de l’UNOCA, encourageant les pays qui ne l’ont pas encore fait à ratifier la Convention de Kinshasa. « Cela permettrait de renforcer davantage la confiance entre les Etats et de rassurer les populations, principales victimes de ce phénomène qui constitue par ailleurs une entrave au développement durable de l’Afrique centrale », explique-t-il.

Le Représentant spécial aura l’occasion d’évoquer cette question et bien d’autres dossiers cruciaux avec les chefs de délégation. Du 1er au 2 juin, M. François Louncény Fall prendra part à la session ministérielle dont l’un des temps forts sera la lecture, lors de la cérémonie officielle d’ouverture, du message du Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres. Cette phase protocolaire sera également marquée par la mise en place d’un nouveau bureau du Comité. Le Ministre camerounais des Relations extérieures en assurera la présidence pour une durée de six mois. Il succèdera à son homologue santoméen, qui occupe ce poste depuis la 43e réunion de l’UNSAC – qui a eu lieu du 28 novembre au 02 décembre 2016 à Sao Tomé.

Mis en place le 28 mai 1992 par l’ONU (à la demande des Etats membres de la CEEAC), le Comité, dont le fonctionnement vient de faire l’objet d’une évaluation, est un précieux outil de diplomatie préventive. Conformément à l’esprit d’un des séminaires fondateurs de cette institution organisé à Yaoundé du 17 au 21 juin 1991, le Comité a en effet pour mission principale de promouvoir les mesures de confiance aux niveaux régional et sous-régional afin d’atténuer les tensions et de faire progresser le désarmement et la non-prolifération des armes légères et de petit calibre en Afrique centrale. Depuis sa création, la capitale camerounaise a déjà abrité plusieurs de ses sessions. La dernière remonte à la 26e rencontre tenue du 3 au 7 septembre 2007.

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 125 — Sécurité — les Etats membres de l’UNSAC se retrouvent à Yaoundé du 29 mai au 2 juin pour leur 44e réunion ministérielle

PRESS RELEASE N° 125 – Security — UNSAC Member states in Yaoundé from 29 May to 02 June for their 44th Ministerial Meeting

TEXTE ET PHOTOhttps://unoca.unmissions.org/unsac-44eme-reunion-les-etats-membres-se-retrouvent-%C3%A0-yaound%C3%A9-du-29-mai-au-2-juin

Humanitarian Coordinator Alerts on Early Signs of a New Humanitarian Crisis in Central Africa

Bangui, 15 May 2017 – The city of Bangassou in the Mbomou Prefecture (South-Eastern CAR) has been the scene of indiscriminate violence since May 13 when an assault was launched by unidentified gunmen on the Tokoyo district, which is mainly inhabited by the Muslim population. Massive displacement of population followed. Within hours, intense violence forced more than 3,000 people to flee their homes. At present, nearly 1,000 people are confined in the Mosque compound following threats of an imminent attack on them. The Cathedral of Bangassou is home to about 1,500 people, while 500 others have taken refuge in the town’s hospital. An unknown number of displaced persons also took refuge in the parish of Tokoyo. Another unknown number of people have crossed the border into the Democratic Republic of Congo, where an outbreak of Ebola virus was recently reported in a town located about 250 km from the border with CAR.

“This violence is of the utmost concern as it returns the country to the stigmatization of communities, which instigated the political crisis in 2013 and resulted in more than 800,000 Internally Displaced People, and an unprecedented humanitarian crisis, “regretted the Humanitarian Coordinator in the Central African Republic, Najat Rochdi. Bangassou had so far been spared by inter-communal violence and was presented as a model of social cohesion. Najat Rochdi forcefully condemned this stigmatization of a community and the ensuing human rights violations.

The situation in Bangassou is all the more dramatic that the level of violence does not yet allow wounded to be attend or to bury the deceased. Indeed, armed men proceeded to the destruction of all the bridges of Bangassou and to the occupation of the road. “This regrettable trend undermines the mechanisms for the protection of civilians and the capacity of humanitarian actors to reach the affected populations and affected populations to access aid,” said Ms. Rochdi. The humanitarian community is ready to initiate lifesaving interventions as soon as calm returns. The NGO “Doctors without Borders” is already providing vital assistance at the Bangassou hospital. In the spirit of “Stay and Deliver”, the Humanitarian Coordinator praised the courage of the actors who maintained their presence in Bangassou in order to continue saving lives even in an extremely unstable environment.

The ongoing crisis in Bangassou will inevitably generate new needs that were not foreseen in the humanitarian response. Additional funding will be needed to help those whose vulnerability will be exacerbated. “It is unfortunate that the humanitarian situation is deteriorating in Bangassou while advocacy efforts aimed at increasing donors ‘support to the Central African Republic are beginning to yield encouraging results,” said the Humanitarian Coordinator. “I urge the perpetrators of this upsurge of violence not to lose sight of the fact that in CAR half of the population is still dependent on aid,” she added. To date, the $ 399.5 million Humanitarian Response Plan has received only $ 64.8 million, or 16% of the required amount.

Press release – Humanitarian situation in Bangassou – 15052017

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire  général sur l’attaque contre la ville de Bangassou en République centrafricaine [Scroll down for English]

New York, le 14 mai 2017 : Le Secrétaire général est outragé par les attaques perpétrées par des présumés anti-Balaka contre des civils ainsi que contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) les 12 et 13 mai, à Bangassou, dans le sud-est de la République centrafricaine. Ces attaques ont entraîné des déplacements considérables de civils, un nombre indéterminé de victimes civiles ainsi que la mort d’un casque bleu marocain, portant à six le nombre des soldats du maintien de la paix tués en Centrafrique cette semaine.


Le Secrétaire général présente ses condoléances à la famille endeuillée et au Gouvernement du Royaume du Maroc. Le Secrétaire général souligne que les attaques contre les casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre. Il condamne fermement les attaques contre les populations civiles et la MINUSCA et lance un appel aux autorités de la République centrafricaine pour qu’une enquête soit lancée afin que les responsables répondent rapidement de leurs actes devant la justice.

Le Secrétaire général réaffirme la détermination des Nations Unies a avancer la mise en oeuvre du mandate de la MINUSCA. Le Secrétaire général tient à remercier profondément les pays contributeurs de troupe et de police dans leur détermination à protéger les civils.
Ces récents incidents démontrent que la situation en République centrafricaine reste fragile d’où le besoin d’un appuis continu et soutenu de la part de la région et de la communauté internationale pour surmonter les défis auxquelles le pays fait face. 

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the attacks against civilians and MINUSCA peacekeepers in the town of Bangassou in the Central African Republic 

New York 14 May, 2017: The Secretary-General is outraged by the attacks perpetrated by suspected anti-Balaka against civilians and the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA) on 12 and 13 May, in the town of Bangassou, in the south east of the country. These attacks led to significant population displacement, an undetermined number of civilian casualties and the death of one Moroccan peacekeeper, bringing to six the number of peacekeepers killed in the Central African Republic this week.

The Secretary-General offers his condolences to the family of the bereaved peacekeeper and the Government of the Kingdom of Morocco. The Secretary-General reiterates that attacks against United Nations peacekeepers may constitute a war crime. He strongly condemns attacks against the civilian population and MINUSCA and calls on the Central African Republic authorities to investigate the attacks in order to swiftly bring those responsible to justice.

The Secretary-General reaffirms the determination of the United Nations to advance the implementation of MINUSCA’s mandate. The Secretary-General extends his deep appreciation to MINUSCA’s troop and police contributing countries for their support.

These recent incidents amply demonstrate that the situation in the Central African Republic is still fragile hence the need for continued and sustained regional and international support to overcome the challenges at hand.

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur l’attaque contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine [Scroll down for English]

New York, le 9 mai 2017: Le Secrétaire général condamne fermement l’attaque perpétrée par un groupe soupçonné d’anti-Balaka contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) le 8 mai, sur l’axe Rafai-Bangassou, dans le sud-est de la République centrafricaine. L’attaque a causé la mort de quatre casques bleus tandis que dix autres ont été blessés et évacués sur Bangui. Un casque bleu est toujours porté disparu.

Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées at aux Gouvernements des pays contributeurs de troupes concernés, et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Le Secrétaire général souligne que les attaques contre les casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre. Il lance un appel aux autorités de la République centrafricaine pour qu’une enquête soit lancée afin que les responsables répondent rapidement de leurs actes devant la justice.

Le Secrétaire général souhaite réitérer son soutien aux actions de la MINUSCA pour protéger les civils et stabiliser la République centrafricaine, et demande aux parties de répondre favorablement à l’appel du Président Faustin Archange Touadéra en vue d’arrêter les violences et de travailler ensemble pour la stabilité du pays.

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the attack against a convoy of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic

New York, 09 May 2017: The Secretary-General strongly condemns the attack perpetrated by suspected anti-Balaka against a convoy of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA) on 8 May, on the Rafai-Bangassou axis, in the south east of the Central African Republic. The attack led to the death of four peacekeepers while ten others have been evacuated to Bangui. One peacekeeper is still missing.

The Secretary-General offers his deepest condolences to the bereaved families and the Governments of the concerned troop contributing countries, and wishes a swift recovery to the wounded. The Secretary-General would like to underline that attacks against United Nations peacekeepers may constitute a war crime. He calls on the Central African Republic authorities to investigate the attack in order to swiftly bring those responsible to justice.

The Secretary-General would like to reiterate his support to the actions of MINUSCA to protect civilians and stabilise the Central African Republic, and call on all parties to heed President Faustin Archange Touadéra’s call to cease violence and work together towards the stability of the country.

La Session d’information sur la situation humanitaire en République centrafricaine à Yaounde, Cameroun

Yaoundé, le 15 mars 2017 – La situation humanitaire continue de se dégrader en République centrafricaine (RCA). Avec la recrudescence de la violence et la multiplication des foyers de tension depuis le mois de septembre 2016 et le premier trimestre 2017, plus de 100 000 nouveaux déplacés ont été enregistrés, portant le nombre de déplacés internes 402 240. Ceci implique qu’un Centrafricain sur cinq est soit déplacé soit réfugié dans les pays limitrophes.

Alors que cette situation crée de nouveaux besoins urgents, le financement de l’action humanitaire suit une tendance à la baisse amorcée depuis 2014. Le budget du Plan de réponse humanitaire 2017 pour la RCA d’un montant de 399,5 millions de dollars n’est financé à ce jour qu’à hauteur de 5% soit 19 millions. En 2016, seuls 37% des 531,5 millions de dollars requis n’ont été mobilisés. Dans ce contexte, la RCA demeure le seul pays au monde où la moitié de la population doit sa survie à l’aide humanitaire.

Ministre des Affaires sociales et de la réconciliation de la RCA

«Ne laissons pas la Centrafrique devenir une crise oubliée ou négligée par le reste du monde » ont lancé de concert le ministre des Affaires sociales et de la réconciliation, Virginie Baikoua et le Coordonnateur humanitaire ad intérim en RCA, Michel Yao, aux partenaires techniques et financiers réunis le 15 mars 2017 à Yaoundé au Cameroun, à l’occasion une session d’information sur la situation humanitaire.

Coordonnateur humanitaire ad intérim en RCA

Des progrès indéniables ont été réalisés mais 2,2 millions de Centrafricains soit la moitié de la population dépend de l’aide humanitaire. «La République centrafricaine demeure une priorité absolue pour la communauté humanitaire » a rappelé Michel Yao. Le sous-financement chronique de l’action humanitaire a entrainé une baisse perceptible de l’aide humanitaire en termes qualitatif et quantitatif. La diminution de moitié des rations alimentaires dans plusieurs régions en atteste.

Représentants des donateurs de la RCA, Corps diplomatiques, et ONU

Des acteurs humanitaires se sont complétement retirés en divers endroits faute de financement alors qu’ils étaient souvent les seuls à procurer des services sociaux de base. La disparition de ces activités est déplorable notamment dans le secteur de la santé. En 2016, les dernières estimations montraient que 56% des infrastructures de santé étaient tenues par les humanitaires.

Cette situation risque d’hypothéquer les acquis obtenus si un niveau de financement adéquat ne permet pas de les consolider et de tomber dans une crise humanitaire plus aiguë. Afin de mieux répondre aux nouveaux besoins exprimés et faire face à ceux qui préexistaient tout en prenant en compte les contraintes logistiques et infrastructurelles spécifiques à la RCA, Michel Yao et Virginie Baikoua en ont à nouveau appelé à la générosité des donateurs.

«Cela nous aidera aussi à proposer un autre récit de la Centrafrique au reste du monde et un nouveau départ aux Centrafricains et aux Centrafricaines » a conclu Virginie Baikoua.

Déclaration conjointe sur la République centrafricaine de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale, l’Union africaine, l’Organisation internationale de la Francophonie, l’Union européenne et l’Organisation des Nations unies

19 février 2017
Libreville, Addis Abéba, Paris, Bruxelles et New York, le 19 février 2017: La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), l’Union africaine, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Union européenne (UE) et l’Organisation des Nations unies (ONU) sont profondément préoccupées par la situation sécuritaire en République centrafricaine (RCA), en particulier dans les préfectures de la Ouaka et de la Hautte-Kotto.

Les cinq organisations partenaires condamnent les dernières violences perpétrées par le Front populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) et ses alliés, ainsi que par le Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC), qui ont causé de lourdes pertes parmi les populations civiles et des déplacements importants, aggravant ainsi une situation humanitaire déjà alarmante. Elles expriment leur profonde appréciation pour l”action robuste que la MINUSCA a prise dans le cadre de son mandat, pour protéger les civils et aider à mettre fin aux violences dans les zones menacées par les belligérants, et l’encouragent à persévérer dans ses efforts. Les cinq organisations partenaires exigent des belligérants qu’ils cessent immédiatement les hostilités. Elles rappellent que toute attaque contre la population civile, le personnel des Nations unies et des organisations humanitaires est passible de poursuites judiciaires, conformément à la législation centrafricaine et au droit international. Elles saluent les mesures prises en vue du fonctionnement effectif de la Cour pénale spéciale.

Les cinq organisations partenaires rappellent que seul le dialogue, dans le respect de l’ordre constitutionnel et démocratique, permettra de trouver des réponses appropriées et durables aux préoccupations légitimes des différents acteurs centrafricains concernés. A cet égard, elles réitèrent l’importance que revêt l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation portée par l”UA, la CEEAC et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et soutenue par l”Angola, le Congo et le Tchad. Elles expriment leur engagement à travailler ensemble à l’aboutissement de cette Initiative, en appui aux efforts du Président Faustin-Archange Touadéra visant à promouvoir durablement la réconciliation et une gouvernance inclusive dans le prolongement des conclusions du Forum de Bangui. Elles soulignent que les groupes armés qui se livreraient à de nouvelles violences courent le risque de s’exclure, d’eux-mêmes, de l’Initiative africaine et s’exposent à des sanctions internationales additionnelles.

Joint statement on the Central African Republic by the Economic Community of Central African States, the African Union, the International Organization of La Francophonie, the European Union and the United Nations

The Economic Community of Central African States (ECCAS), the African Union (AU), the International Organization of La Francophonie (IOF), the European Union (EU) and the United Nations (UN) are deeply concerned by the security situation in the Central African Republic (CAR), particularly in the prefectures of Ouaka and Hautte-Kotto.

The five partner organizations condemn the latest acts of violence perpetrated by the Front populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) and its allies, as well as by the Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC), that have caused heavy civilian losses and significant population displacement, thereby worsening an already alarming humanitarian situation. They express their deep appreciation for the robust action undertaken by MINUSCA, in the framework of its mandate, to protect civilians and help put an end to violence in the areas threatened by the belligerents, and encourage it to continue its efforts.

The five partner organizations demand that the belligerents cease the hostilities immediately. They recall that all attacks against the civilian population, the United Nations and humanitarian personnel may be subject to judicial prosecution, in line with the Central African legislation and international law. They welcome the measures put in place for the operationalization of the Special Criminal Court. The five partner organizations recall that only dialogue, in adherence with the constitutional and democratic order, will allow the concerned Central African actors to find the appropriate and sustainable responses to their legitimate grievances. In this regard, they reiterate the importance of the African Initiative for Peace and Reconciliation led by the AU, ECCAS and the International Conference on the Great Lakes Region (ICGLR) and supported by Angola, the Republic of Congo and Chad. They expressed their commitment to work together for the success of this Initiative, in support of the efforts of President Faustin-Archange Touadéra aimed at sustainably promoting reconciliation and inclusive governance in line with the conclusions of the Bangui Forum. They underscore that those armed groups that engage in new violent acts run the risk of excluding themselves from the African Initiative and expose themselves to additional international sanctions.

Centrafrique : le chef des opérations de paix affiche un optimisme prudent sur la situation dans le pays

Une jeune fille lit un livre dans un abri de fortune dans un camp de déplacés à Bangui, en République centrafricaine. Photo UNICEF/Tanya Bindra (archives)

15 février 2017 – Devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a déclaré mercredi que la République centrafricaine (RCA), qui se tenait « au bord de l’abîme » il y a encore trois ans, était « en train d’aller de l’avant sous la direction du Président Faustin-Archange Touadéra », malgré la persistance de la violence. « La situation sécuritaire à Bangui, dans son ensemble, s’est progressivement stabilisée au cours de ces derniers mois », a déclaré M. Ladsous soulignant que les violences associées à la transhumance dans le nord-ouest du pays continuaient, contrastant avec le calme relatif qui règne dans la capitale centrafricaine.

Des violences à connotation ethnique

« Les affrontements en cours entre des factions rivales ex-Séléka, à savoir le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), minent la région centrale, notamment en portant une connotation ethnique inquiétante », a-t-il alerté. Le Secrétaire général adjoint a averti que ces combats, principalement alimentés par des luttes de pouvoir et des conflits sur le contrôle des ressources, menaçaient de mettre à mal le processus de paix dans le pays et aggravaient une situation humanitaire déjà « alarmante ». « La violence qui persiste et la réticence de certains groupes à rejoindre le cadre proposé par le Président Touadéra est une source de grave préoccupation », a poursuivi M. Ladsous. Afin d’y remédier, le Secrétaire général adjoint a appuyé l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation entre le gouvernement et tous les groupes armés dans le pays, lancée notamment par l’Union africaine, qui vise à la résolution du conflit et à l’instauration d’une paix durable.

M. Ladsous a souhaité que cette initiative africaine s’appuie sur les efforts du Président Touadéra et a jugé nécessaire que les griefs légitimes des groupes armés ne relèguent pas au second plan les aspirations de la vaste majorité des Centrafricains. « Malgré la situation sécuritaire dans certaines parties du pays, des progrès ont été enregistrés s’agissant du cadre de dialogue formel avec les groupes armés sur le désarmement, la démobilisation, la réintégration et le rapatriement établi par le Président », a-t-il dit, précisant que 12 des 14 groupes armés y participaient.

Parmi les autres avancées, le chef des opérations de maintien de la paix a mentionné le lancement d’une campagne nationale de recrutement de 500 policiers et gendarmes, le déploiement prochain d’un premier contingent centrafricain formé par l’Union européenne (UE) et la nomination, annoncée mercredi, d’un procureur spécial auprès de la Cour pénale spéciale.

VIDEO: La MINUSCA s’est adaptée à la situation évolutive en Centrafrique annonce le chef du maintien de la paix

Une situation humanitaire toujours critique

M. Ladsous a également détaillé la situation humanitaire en RCA qui se dégrade en raison de la violence dans les régions et d’une diminution de l’aide internationale. « Avec environ 2, 2 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, ayant besoin d’une aide alimentaire, et environ 100.000 personnes nouvellement déplacées, la diminution des ressources financières est extrêmement préoccupante », a-t-il dit.

M. Ladsous a, toutefois, souligné « l’inébranlable solidarité » de la communauté internationale avec le peuple centrafricain, marquée par les promesses de don de plus de 2,2 milliards de dollars enregistrées lors de la Conférence de Bruxelles pour la RCA organisée sous les auspices de l’UE en novembre 2016. « Le Cadre d’engagement mutuel signé lors de cette conférence sera un mécanisme important pour un partenariat durable entre la République centrafricaine et la communauté internationale », a affirmé le Secrétaire général adjoint qui a promis l’appui de l’ONU à la RCA en vue d’une bonne mise en œuvre de ce cadre.

Réactivité et flexibilité de la MINUSCA

M. Ladsous a souligné la détermination de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) à utiliser la force pour protéger les civils, comme l’a montré son intervention, le 13 février, contre une colonne de 300 éléments de la coalition menée par les FPRC. « La Mission, ainsi que les forces de Sangaris et de l’UE, ont permis d’empêcher des atrocités de masse et l’effondrement total de l’État centrafricain », a déclaré le chef des Casques bleus, se félicitant du retour de l’ordre constitutionnel dans le pays, qui est aujourd’hui doté d’un Parlement fonctionnel, tandis que l’autorité de l’État se restaure progressivement.

Près de trois ans après sa création, la MINUSCA a également diminué le nombre de ses bases d’opération aux fins d’une plus grande flexibilité. « Les progrès ne doivent pas s’arrêter là », a poursuivi M. Ladsous, appelant à tirer les leçons du passé et à poser les bases d’une paix et d’un développement durable dans le pays, même si la MINUSCA ne saurait être perçue « comme la réponse à tous les défis ». « Je continue de croire que rétablir une paix durable en RCA est à notre portée à tous, collectivement », a conclu le Secrétaire général adjoint.

Centrafrique: l’ONU condamne l’attaque meurtrière contre des Casques bleus dans le sud-est du pays

Des Casques bleus marocains servant au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Photo: ONU/Catianne Tijerina

4 janvier 2017 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a fermement condamné mercredi l’attaque dont a été victime un convoi de Casques bleus marocains, mardi après-midi, à environ 60 km à l’ouest de la ville d’Obo, dans le sud-est du pays.

Deux soldats de la paix ont perdu la vie dans cette attaque tandis que deux autres ont été blessés et reçoivent actuellement les soins appropriés.

L’incident est survenu alors que les Casques bleus assuraient l’escorte d’un convoi de camions transportant du fuel de la localité de Zemio à destination d’Obo, a précisé la MINUSCA dans un communiqué. Les auteurs de l’attaque se sont enfouis dans la brousse.

« Aucune revendication ne saura justifier que des individus dirigent leurs griefs contre des Casques bleus dont la présence sur le sol centrafricain n’a d’autre objectif que d’aider le pays à sortir de l’engrenage de la violence », a averti le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, qui a garanti que « tout sera mis en œuvre pour traquer et mettre la main sur les auteurs de ces attaques afin qu’ils soient traduits en justice ».

L’opération de maintien de la paix en RCA a rappelé que « porter atteinte à la vie d’un soldat de la paix peut être considéré comme un crime de guerre et passible de poursuites judiciaires ».

Deux Casques bleus ont été tués mardi après-midi en République centrafricaine, alors qu’ils assuraient l’escorte d’un convoi de camions.

« Les Casques bleus mais aussi les acteurs humanitaires et surtout la populations civiles sont victimes de ces groupes armées » a déclaré le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro dans un entretien à ONU Info. « Mais cela m’empêchera pas la force de poursuivre sa mission : œuvrer pour que la paix et la stabilité durable règnent en RCA », at-il souligné, précisant que la force et la police multiplient les patrouilles pour assurer la protection des populations « même s’ils doivent en payer le prix ».

Le porte-parole a précisé qu’entre 30 et 40 Casques bleus sont décédés dans le depuis le déploiement de la MINUSCA en 2014, dont un grand nombre dans un contexte d’attaques.