Category Archives: International Day for Disaster Reduction

Secretary-General’s message for the International Day for Disaster Reduction [scroll down for French version]

Secretary General Ban Ki-moon. UN Photo/Mark Garten (file)

13 October 2016

Last year, Governments adopted the Sendai Framework for Disaster Risk Reduction and embedded its objectives in the 2030 Development Agenda.  Today, we launch the “Sendai Seven Campaign: Seven Targets, Seven Years”, which highlights how we can all contribute to reducing disaster losses.  This year’s target is reducing loss of life.

We can replace material possessions, but we cannot replace people.  I am repeatedly appalled at how many people die in disasters.  The majority of victims are invariably the poor and vulnerable.

Today, hundreds of millions of people live at risk from rising seas, earthquakes, drought, heatwaves, floods and storms.  They live on marginal lands, beneath unstable hillsides or on storm-exposed coastlines.  This is why eradicating extreme poverty — the first of the 17 Sustainable Development Goals, is essential to reducing disaster risk.

The report “Poverty & Death: Disaster Mortality 1996-2015” published today by the United Nations Office for Disaster Risk Reduction (UNISDR), is a damning indictment of inequality.  High income countries suffer huge economic losses in disasters, but people in low income countries pay with their lives.

On this International Day for Disaster Reduction, I call on all Governments to work with civil society and the private sector to move from managing disasters to managing risk.  Let us move from a culture of reaction to one of prevention and build resilience by reducing loss of life.

############################################################

L’année dernière, les gouvernements ont adopté le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et intégré ses objectifs au Programme de développement durable à l’horizon 2030. Nous lançons aujourd’hui la « Campagne Sendai Sept – 7 objectifs, 7 années », qui met l’accent sur la manière dont nous pouvons tous contribuer à la réduction des pertes causées par les catastrophes. Cette année, l’objectif est de faire reculer le nombre de pertes humaines.

S’il est toujours possible de remplacer des biens matériels, chaque personne est irremplaçable. Je suis toujours consterné par le nombre de morts lors des catastrophes. À chaque fois, ce sont les pauvres et les personnes vulnérables qui sont les premières victimes.

À l’heure actuelle, des centaines de millions de personnes sont menacées par la montée des eaux, les tremblements de terre, la sécheresse, la canicule, les inondations et les tempêtes. Elles vivent sur des terres marginales, entre des terrains en pente instables ou sur des côtes exposées aux tempêtes. C’est pourquoi l’éradication de la pauvreté extrême, le premier des 17 objectifs de développement durable, revêt une importance essentielle pour réduire les risques de catastrophe.

Le rapport que publie aujourd’hui le Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes, intitulé  « Poverty & Death: Disaster Mortality 1996-2015 », qui est consacré aux  liens entre pauvreté et mort et à la mortalité due aux catastrophes de 1996 à 2015, est une condamnation sans appel du rôle joué par les inégalités. Si les catastrophes imposent un lourd tribut économique aux pays à revenu élevé, c’est de leur vie que doivent payer les habitants des pays à faible revenu.

En cette Journée internationale de la prévention des catastrophes, je demande aux gouvernements de collaborer avec la société civile et le secteur privé pour gérer non seulement les catastrophes, mais aussi les risques de catastrophe, en privilégiant une culture de la prévention, plutôt que de la réaction, et en améliorant la résilience des sociétés grâce à la limitation du nombre de pertes humaines.