Category Archives: Orange the World 16 Days of Activism

Secretary-General’s remarks on International Day for the Elimination of Violence against Women

[Watch the video on webtv.un.org]

I am very pleased to be with you to discuss this essential topic.
Violence against women and girls is a global pandemic. It is a moral affront to all women and girls and to us all, a mark of shame on all our societies, and a major obstacle to inclusive, equitable and sustainable development.
At its core, violence against women and girls in all its forms is the manifestation of a profound lack of respect – a failure by men to recognize the inherent equality and dignity of women.
It is an issue of fundamental human rights. The violence can take many forms – from domestic violence to trafficking, from sexual violence in conflict to child marriage, genital mutilation and femicide. It is an issue that harms the individual but also has far-reaching consequences for families and for society.
Violence experienced as a child is linked to vulnerability and violence later in life. Other consequences include long-term physical and mental health impacts and costs to individuals and society in services and lost employment days.
This is also a deeply political issue. Violence against women is tied to broader issues of power and control in our societies. We live in a male-dominated world. Women are made vulnerable to violence through the multiple ways in which we keep them unequal.
When family laws which govern inheritance, custody and divorce discriminate against women, or when societies narrow women’s access to financial resources and credit, they impede a woman’s ability to leave abusive situations.
When institutions fail to believe victims, allow impunity, or neglect to put in place policies of protection, they send a strong signal that condones and enables violence. In the past year we have seen growing attention to one manifestation of this violence.
Sexual harassment is experienced by almost all women at some point in their lives.
No space is immune.
It is rampant across institutions, private and public, including our very own. This is by no means a new issue, but the increasing public disclosure by women from all regions and all walks of life is bringing the magnitude of the problem to light. This effort to uncover society’s shame is also showing the galvanizing power of women’s movements to drive the action and awareness needed to eliminate harassment and violence everywhere.
This year, the global United Nations UNiTE campaign to end violence against women and girls is highlighting our support for survivors and advocates under the theme ‘Orange the World: #HearMeToo’.
With orange as the unifying colour of solidarity, the #HearMeToo hashtag is designed to send a clear message: violence against women and girls must end now, and we all have a role to play. We need to do more to support victims and hold perpetrators accountable.
But, beyond that, it is imperative that we – as societies — undertake the challenging work of transforming the structures and cultures that allow sexual harassment and other forms of gender-based violence to happen in the first place.
These include addressing the gender imbalances within our own institutions. This is why we have adopted a UN system-wide gender parity strategy. We have achieved parity in the senior management group and we are well on track to reach gender parity in senior leadership by 2021, and across the board by 2028.
The UN has also reaffirmed its zero-tolerance policy for sexual harassment and assault committed by staff and UN partners. We have recruited specialized investigators on sexual harassment, instituted fast-track procedures for addressing complaints and initiated a 24/7 helpline for victims.
I also remain committed to ending all forms of sexual exploitation and abuse by peacekeepers and UN staff in the field – one of the first initiatives I took when I assumed office.
Nearly 100 Member States that support UN operations on the ground have now signed voluntary compacts with us to tackle the issue, and I call on others to join them, fully assuming their responsibilities, in training, but also in ending impunity.
Further afield, we are continuing to invest in life-changing initiatives for millions of women and girls worldwide through the UN Trust Fund to End Violence against Women. This Fund focuses on preventing violence, implementing laws and policies and improving access to vital services for survivors.
With more than 460 programmes in 139 countries and territories over the past two decades, the UN Trust Fund is making a difference. In particular, it is investing in women’s civil society organizations, one of the most important and effective investments we can make.
The UN is also working to deliver on a comprehensive, multi-stakeholder, innovative initiative to end all forms of violence against women and girls by 2030, in line with the Sustainable Development Goals.

The 500-million-euro EU-UN Spotlight Initiative is an important step forward in this direction. As the largest-ever single investment in eradicating violence against women and girls worldwide, this initial contribution will address the rights and needs of women and girls across 25 countries and five regions.

It will empower survivors and advocates to share their stories and become agents of change in their homes, communities and countries. A significant portion of the Spotlight’s initial investment will also go to civil society actors, including those that are reaching people often neglected by traditional aid efforts.
But even though this initial investment is significant, it is small given the scale of the need.
It should be seen as seed funding for a global movement in which we must play a role.
It is that global movement that we celebrate today, as we look forward to the coming 16 days devoted to ending gender-based violence. Not until the half of our population represented by women and girls can live free of fear, violence and everyday insecurity, can we truly say we live in a fair and equal world.

Thank you very much.

16 days of activism 2018

From 25 November, the International Day for the Elimination of Violence against Women, to 10 December, Human Rights Day, the 16 Days of Activism against Gender-Based Violence Campaign is a time to galvanize action to end violence against women and girls around the world. The international campaign originated from the first Women’s Global Leadership Institute coordinated by the Center for Women’s Global Leadership in 1991.

Orange the World: #HearMeToo, end violence against women and girls

For far too long, impunity, silence and stigma have allowed violence against women to escalate to pandemic proportions—one in three women worldwide experience gender-based violence.

The time for change is here and now.

In recent years, the voices of survivors and activists, through campaigns such as #MeToo, #TimesUp, #Niunamenos, #NotOneMore, #BalanceTonPorc and others, have reached a crescendo that cannot be silenced any more. Advocates understand that while the names and contexts may differ across geographic locations, women and girls everywhere are experiencing extensive abuse and their stories need to be brought to light.

This is why the UNiTE Campaign’s global advocacy theme this year is: Orange the World: #HearMeToo

Under the theme Orange the World: #HearMeToo, the UNiTE partners are encouraged to host events with local, national, regional and global women’s movements, survivor advocates and women human rights defenders and create opportunities for dialogue between activists, policy-makers and the public. As in previous years, the colour orange will be a key theme unifying all activities, with buildings and landmarks lit and decorated in orange to bring global attention to the initiative.

Join us! Share your photos, messages and videos showing how you are participating in the campaign at facebook.com/SayNO.UNiTE and twitter.com/SayNO_UNiTE using #orangetheworld and #HearMeToo. For more information about Orange the World: #HearMeToo, see this year’s Concept Note.

Save the date for the UN official commemoration of the International Day for the Elimination of Violence against Women.

Investir et Mobiliser pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes

Women and men around the world wear orange. Photos (L-R):UN Women/Stephanie Raison, UNDP/Tiago Zenero, UN Women/Ellie van Baaren, UN Albania/Olsi Beci, UN Women/Niels den Hollander

Photos: ONU Femmes/Stephanie Raison, UNDP/Tiago Zenero, ONu Femmes/Ellie van Baaren, UN Albania/Olsi Beci, ONU Femmes/Niels den Hollander

Quiz | Dans le monde entier | Reportage photo | Où je me tiens | Récits | Vidéos | Nouvelles |
Infographie | Faits et chiffres | Publications | Joignez-vous à la discussion | Faites un don

Une femme sur trois dans le monde entier est victime de violence dans sa vie, souvent aux mains de quelqu’un qu’elle connaît, qu’elle aime et en qui elle a confiance. Près de la moitié des femmes qui ont été victimes d’homicide, à l’échelle mondiale, en 2012, ont été tuées par des partenaires intimes ou des membres de leur famille.

La violence exercée contre les femmes et les filles, une violation flagrante des droits humains, détruit les vies, cause des souffrances indicibles et des maladies. Elle entraîne également des coûts considérables. Une étude récente a estimé que le coût des violences exercées par un partenaire intime représentait 5,2 pour cent de l’économie mondiale [1].

Au-delà des coûts médicaux et judiciaires directs, la violence envers les femmes a des conséquences néfastes sur les budgets des ménages et les budgets nationaux, du fait des pertes de revenus et de productivité. Au Viet Nam, par exemple, on estime que les dépenses et les pertes de revenus résultant de violences conjugales s’élevaient à 1,4 pour cent du PIB en 2010 [2]. Au Royaume-Uni, le coût des violences conjugales en 2009 y compris les coûts liés aux services, les pertes de production économique et les coûts humains et émotionnels s’est élevé à 16 milliards de livres [3].

En raison de l’inégalité profondément ancrée dans les rôles, les droits et les opportunités des hommes et des femmes, et des attitudes et normes sociales qui excusent ou banalisent de telles violences, ce problème est devenu persistant. Mais il n’en est pas moins inévitable. En adoptant des lois ayant pour objectif de protéger les femmes et punir les auteurs de ces violences, et en s’appuyant sur des services visant à rebâtir la vie des femmes et sur une prévention exhaustive commençant à un stade précoce, mettre un terme à la violence envers les femmes et les filles peut devenir une réalité. Et pourtant, un financement solide des efforts entrepris pour mettre fin à cette violence demeure notoirement insuffisant.

Cette année, pour les 16 journées d’activisme de la campagne mondiale contre la violence basée sur le genre qui auront lieu du 25 novembre date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes au 10 décembre, date de la Journée des Droits Humains, l’appel à l’action dans le cadre de la campagne UNiTE (Tous Unis) du Secrétaire général des Nations Unies pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes a pour thème : « Orangez le monde : levez des fonds pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles », pour donner plus de résonance à la question du manque de financement et y apporter des solutions. Téléchargez le kit d’action.

 

Pourquoi la question du financement est incontournable pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles

Lorsque les leaders mondiaux ont adopté les Objectifs de développement durable en 2015, elles et ils ont reconnu que le fait de mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles était une condition indispensable à la réalisation du programme de développement. L’Objectif 5 sur l’égalité des sexes inclut un objectif spécifique pour éliminer toutes les formes de violence à l’encontre des femmes, y compris la traite des femmes, d’autres formes de violence sexuelle et les pratiques nocives. Et pourtant, les ressources consacrées à trouver des solutions à ce problème ne sont pas à la hauteur du défi à relever.

Faire un don Pour mettre fin  a la violence contre les femmes

Affecter des ressources adéquates pour prévenir et combattre la violence à l’égard des femmes n’est pas seulement une obligation légale et un impératif moral, mais également un investissement judicieux.

La loi américaine de 1994 contre la violence a prévu un apport de 1,6 milliard de dollars US de soutien programmatique sur cinq ans, à travers le renforcement des sanctions contre les auteurs de ces violences et l’amélioration des ressources à la disposition des policiers, des procureurs et des prestataires de services aux femmes survivant à ces violences. Des chercheurs ont estimé que 14,8 milliards de dollars ont été économisés sur les pertes directes de biens, les besoins en soins de santé physiques et psychologiques, les activités de la police, les services offerts aux victimes, les pertes de productivité, la réduction de la qualité de la vie et les accidents mortels [4]. Une récente étude réalisée en République démocratique populaire lao et au Timor-Leste a révélé que les coûts nécessaires pour assurer un ensemble minimal de services essentiels (sur trois exercices) pour les femmes et les filles subissant des violences s’élevaient à 0,31 pour cent du PIB pour le Timor-Leste et à 0,25 pour cent du PIB pour la République démocratique populaire lao en 2015 [5]—soit une fraction du coût des conséquences de la violence.

Toutes les données disponibles indiquent que même les investissements d’un volume relativement modeste qui arrivent en temps opportun et sont bien intégrés peuvent s’avérer extrêmement bénéfiques pour les femmes et leurs collectivités. Faites un don pour soutenir les initiatives visant à mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles dans le monde entier.

Quiz

Aperçus des événements orange en 2015

Orange the World 2015

Reportage photo

Chhun Srey Sros, 24, lives in Sangkat Chaom Chao and works in a Cambodian factory where UN Trust Fund and its partner, CARE, have developed and distributed educational materials and a sexual harassment policy for the work place. Photo: UN Women/Charles Fox

Photo: UN Women/Charles Fox

Fabriqué au Cambodge : Le quotidien de Chhun Srey Sros, ouvrière textile
Au Cambodge, 70 % des femmes ont un emploi précaire. Plus de 500 000 d’entre elles travaillent dans des usines de confection de vêtements ou de chaussures. Le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (administré par ONU Femmes au nom du système des Nations Unies), œuvre pour l’autonomisation des femmes afin qu’elles puissent faire valoir leurs droits à un emploi décent. Le Fonds travaille étroitement avec ses partenaires pour créer des environnements de travail non discriminatoires dans les usines cambodgiennes.

 

Où je me tiens

Aiturgan Djoldoshbekova and her mother Aigul Alybaeva. Photo: UN Women/Theresia Thylin

« Depuis que je suis toute petite je vois des filles et des femmes traitées de manière inégale par rapport aux garçons et aux hommes. J’en suis témoin au quotidien mais aussi dans les films que nous regardons… »

SDG 5: Gender equality

Aiturgan Djoldoshbekova participe à un programme éducatif scolaire destiné à autonomiser les filles et à changer les attitudes pour mettre un terme au mariage par enlèvement et aux mariages précoces et/ou forcés. Sa mère, Aigul Alybaeva, soutient le travail de sa fille. Et aussi»

En savoir plus : Des chefs religieux sont à l’avant-garde du mouvement pour mettre fin à la violence basée sur le genre en Éthiopie

Balla Mariko. Photo: UN Women/Gaoussou Cherif Haidara

« Au Mali, la violence à l’égard des femmes a atteint une proportion telle qu’elle aurait été inimaginable auparavant. Aujourd’hui nous enterrons nos sœurs, demain ce seront peut-être nos filles… »

SDG 5: Gender equality

Balla Mariko, âgé de 40 ans, père de deux filles en bas âge et d’un fils, est membre de réseaux de la société civile œuvrant à la promotion des droits humains. Et aussi»

 

Vidéos

Récit de Sarah : Améliorer les services essentiels aux survivantes de violences à l’égard des femmes et des filles

Malgré un engagement de grande envergure par des organisations de femmes, des gouvernements et d’autres partenaires, nombreuses sont les femmes et filles ayant subi diverses formes de violence qui sont encore dépourvues d’accès aux services essentiels. Le fait que les femmes et les filles n’aient pas accès à ces services signifie qu’elles continuent à souffrir des conséquences physiques et psychologiques de la violence. Pour améliorer l’accès aux services multisectoriels essentiels ainsi que leur qualité, ONU Femmes s’est associée à quatre organismes des Nations Unies pour développer le Programme conjoint mondial des Nations Unies sur les services essentiels.

 

Mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles : si vous ne le faites pas, qui le fera ?

La violence à l’égard des femmes reste l’une des violations des droits humains les plus répandues à l’échelle mondiale. Les objectifs de développement durable comprennent l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles comme but spécifique à atteindre. ONU Femmes, de concert avec tous ses partenaires, œuvre à soutenir les pays dans le domaine des lois et politiques englobant tous les aspects du problème pour mettre fin à la violence, pour la prévention, pour la prestation de services essentiels de qualité et pour l’amélioration de la collecte et de l’analyse des données.

 

Récits

Women ride a Meri Seif Bus in Port Moresby, Papua New Guinea. Photo: UN Women/Marc Dozier

Des transports publics sécuritaires pour les femmes et les filles de Papouasie-Nouvelle-Guinée
En Papouasie-Nouvelle-Guinée, ONU Femmes met en œuvre un programme de transports publics sécuritaire pour les femmes et les enfants, lequel appuiera les initiatives visant à mettre fin au harcèlement sexuel dans les espaces publics et à assurer un accès renforcé aux opportunités économiques pour les femmes.

En savoir plus : Du piratage informatique pour combattre le harcèlement sexuel aux Philippines

embers of Y.Change, Le Thi Yen and Trang. Photo: Duong Long

Au Vietnam, des jeunes femmes s’organisent pour mettre fin à la violence dans les fréquentations
La première enquête d’opinion réalisée par de jeunes activistes sur la violence dans les fréquentations au Vietnam révèle que près de 59 pour cent des jeunes femmes ont été victimes de cette forme de violence. Ayant pris connaissance de ces conclusions, le Comité de la CEDAW, préconise la révision de la législation nationale afin de pénaliser toutes formes de violence à l’encontre des femmes, y compris la violence dans les fréquentations.

En savoir plus : Où je me tiens : Elizabeth Chatuwa

Photos: UN Women/Ikechukwu Attah

Reconstruire la vie après Boko Haram
Plus de 2 000 filles et femmes ont été enlevées par Boko Haram au Nigeria. La communauté internationale continue à exiger leur retour en toute sécurité. Mais que se passera-t-il quand elles seront de retour ? Que se passera-t-il avec les enfants nés du viol et leurs jeunes mères ? Un programme d’ONU Femmes essaie de faire en sorte que la réponse humanitaire réponde aux besoins spécifiques des femmes et des filles.

En savoir plus : Où je me tiens : Francesca De Antoni

 

Marina and her children in the My Home Crisis Centre in Temirtau, Kazakhstan. Photo: UN Women Kazakhstan Multi-Country Office

Au Kazakhstan, les centres de crise pour les victimes de violences domestiques sauvent des vies, mais manquent de financement
Sous-financés et face à une demande importante, les centres indépendants d’aide aux victimes de violences domestiques offrent aux femmes anonymat, confidentialité et une aide complète en matière d’accès au logement et d’assistance psychologique, juridique et sociale.

En savoir plus : Où je me tiens : Maia Țaran

An anonymous trafficking victim. Photo: UNICEF/Shehzad Noorani

Des lois types pour lutter contre la traite des personnes dans les États arabes
Un programme de trois ans en faveur de la lutte contre la traite des personnes soutenu par le Fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes permet d’activer l’application de la loi contre ce crime en Égypte, en Jordanie et au Maroc.

En savoir plus : l’ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes Emma Watson tourne les projecteurs sur la nécessité de mettre fin aux mariages d’enfants

Au Brésil, une nouvelle loi sur le féminicide va offrir une plus grande protection
Avec la nouvelle loi, le Brésil est le premier pays pilote à adopter le protocole modèle latino-américain pour les enquêtes sur les morts violentes liées au genre, préconisé par ONU Femmes et l’HCDH

 

Nouvelles

Déclarations

La Directrice exécutive : « Le prix d’un refus de changement est inacceptable »
Dans une déclaration pour la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre, Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, met l’accent sur les interventions efficaces. Elle réaffirme, également, que la violence contre les femmes et les filles peut finir avec de l’engagement et de l’investissement, à l’échelle nationale et internationale.

Publications

A Framework to underpin action to prevent violence against women

Un cadre visant à soutenir des mesures pour prévenir la violence contre les femmes
Le cadre conjoint des Nations Unies rassemble les connaissances et la pratique contemporaine en matière de prévention de la violence. L’accent est mis sur le traitement des causes profondes ainsi que des facteurs de risque et de protection associés à la violence contre les femmes.

 

Joignez-vous à la discussion

Orangez votre image de profil pour montrer votre soutien !

Aidez-nous à sensibiliser le public à la violence basée sur le genre et à la nécessité du financement pour y mettre fin.

Diffusez le message sur toutes les plateformes des médias sociaux, à l’aide des hashtags #orangetheworld et #16days! ous pouvez obtenir des graphies orange, des infographies et des exemples de messages ici. here.

Joignez-vous à la page des événements « Orangez le monde » sur Facebook dès maintenant, affichez des photos et publiez des actions se produisant dans votre pays durant les 16 Journées d’activisme.

 

 

Voir les « Gros Plans » des années précédentes sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes : 2015, 2014, 2013, 2012, 2011

Notes

[1] Anke Hoeffler et James Fearon, Benefits and Costs of the Conflict and Violence Targets for the Post-2015 Development Agenda, (Avantages et coûts des objectifs en matière de conflits et de violences pour le programme de développement post-2015) 2014, disponible à la page http://docplayer.net/20788510-Benefits-and-costs-of-the-conflict-and-violence-targets-for-the-post-2015-development-agenda.html

[2] Duvvury et al, Estimating the Costs of domestic violence against women in Viet Nam. (Estimation des coûts de la violence conjugale au Viet Nam)

[3] Anke Hoeffler et James Fearon, Benefits and Costs of the Conflict and Violence Targets for the Post-2015 Development Agenda, (Avantages et coûts des objectifs en matière de conflits et de violences pour le programme de développement post-2015) 2014, disponible à la page http://docplayer.net/20788510-Benefits-and-costs-of-the-conflict-and-violence-targets-for-the-post-2015-development-agenda.html

[4] Kathryn Anderson Clarke; Andrea Biddle et Sandra Martin, 2002. A Cost-Benefit Analysis of the Violence against Women Act of 1994. (Une analyse coûts-avantages de la loi sur la violence à l’égard des femmes de 1994) VIOLENCE AGAINST WOMEN, Vol. 8, N° 54, avril 2002, 417-428

[5] Nata Duvvury, Stacey Scriver, Seema Vyas et Sinead Ashe, 2016, http://asiapacific.unwomen.org/en/digital-library/publications/2016/06/estimating-resource-requirements

– See more at: http://www.unwomen.org/fr/news/in-focus/end-violence-against-women#sthash.oWt53FWQ.dpuf