Category Archives: UN Peacekeeping

UN Peacekeeping Chief on the dire situation in the Central African Republic

New York, 28 July 2017 

Addressing the Security Council yesterday on the Central African Republic, the Under-Secretary-General for Peacekeeping Operations, Jean-Pierre Lacroix, warned that the increased intensity of attacks on civilians and peacekeepers risks bringing us rapidly to a tipping point, which ‘we must forestall at all cost’.

He was referring to the worsening security and humanitarian situation in Bangassou, in the south-east part of the country, where three peacekeepers were killed since last Sunday when they came under attack by self-defence groups affiliated to anti-Balaka while trying to secure access to water sources for the 2,000 displaced civilians. 

Mr. Lacroix also raised serious concerns about the deterioration of the security situation in the border town of Zemio, 290 km east of Bangassou, with the risk of further clashes between the Muslim community and elements affiliated with anti-Balaka, which had already led to the displacement of more than 22,000 civilians. He also mentioned that the security situation in the town of Bria, in the north of the country, remains fragile and that the departure of the Ugandan and American forces from the eastern part of the country this spring has created a vacuum leading to the emergence of hostile ‘self-defence’ groups. 

He also drew attention to the worsening humanitarian situation. Since last year, the number of internally displaced persons has increased by almost 40 percent while, at the same time, attacks against humanitarian personnel, convoys and infrastructure have intensified. 

Mr. Lacroix noted that this violence is taking place against the backdrop of sustained fighting in the south-east of the country, heightened inter-ethnic tensions and efforts by spoilers to manipulate communities along religious lines and undermine the stabilization process in the country. 

Mr. Lacroix updated the Council on the robust posture taken by the UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Central African Republic (MINUSCA) and its efforts to reinforce Bangassou through re-deployments of additional peacekeepers in order to stabilize the situation, stop the attacks on internally displaced persons, enable the delivery of humanitarian assistance and address the threat of the anti-Balaka affiliated groups. 

However, Mr. Lacroix stressed yet again that a military solution to the problem of the armed groups will not suffice to address the root causes of the conflict. The absence of tangible progress in the peace process risks further worsening the situation. He emphasised the importance of operationalizing the July 17 roadmap by the members of the African Initiative for Peace and Reconciliation and underlined the importance of prioritising the implementation of the ceasefire agreed upon in the Rome agreement of 20 June. He reiterated the UN’s commitment to support the mediation efforts by the African Initiative in line with MINUSCA’s mandate. 

He also pressed the Council to put the Central African authorities before their responsibility to foster national reconciliation and protect and serve all Central Africans, including minorities, while welcoming the Council’s readiness to impose sanctions on spoilers. 

MINUSCA continues to support the Government to advance national reconciliation and is intensifying political advocacy by mobilizing local, traditional, religious and national authorities to counter incendiary speech and advocate for all Central Africans to contribute to prevent the situation from relapsing. In the last weeks, the Mission has undertaken a series of visits with the national authorities to Bangassou and Zemio to promote reconciliation. 

Mr. Lacroix finally paid tribute to the 13 peacekeepers who lost their lives since the beginning of the year as a result of attacks against them, including nine in Bangassou and surroundings alone.

Mr. Lacroix is heading over the weekend to the Central African Republic to convey a message of support to MINUSCA and engage with the national authorities. 

Fallen peacekeeper from Cameroon to be honoured at ceremony at UN Headquarters –

Photo published for L'efficacité des opérations de maintien de la paix requiert des moyens adéquats et un soutien...22 May 2017:  The United Nation Headquarters will observe the International Day of United Nations Peacekeepers on Wednesday, 24 May.  Secretary-General Antonio Guterres will lay a wreath to honour all fallen peacekeepers and will preside over a ceremony at which the Dag Hammarskjöld Medal will be awarded posthumously to 117 military, police and civilian personnel who lost their lives while serving in peacekeeping operations during 2016.

One fallen peacekeeper from Cameroon is among the 117 who will posthumously receive the Dag Hammarskjöld medal – Maitre Gustave Mbot who lost his life while serving with the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA).

In a video message to mark the Day, the Secretary-General said:  “Every day, peacekeepers help bring peace and stability to war-torn societies around the world.  On the International Day of United Nations Peacekeepers, we pay tribute to the more than 3,500 peacekeepers who have given their lives in the service of peace since 1948.”

He further said: “Their sacrifice only strengthens our commitment to ensuring that United Nations peacekeepers continue protecting civilians in harm’s way, promoting human rights and the rule of law, removing landmines, advancing negotiations and securing a better future in the places they are deployed.  Now, more than ever, it is essential that we continue investing in peace around the world.”

Jean-Pierre Lacroix, Under-Secretary-General for Peacekeeping Operations, said: “We pay our greatest respects to the committed and courageous peacekeepers who are no longer with us today. I offer my deepest and most sincere condolences to the families of those we honour and to the bereaved. It’s critical that we continue to invest in peace and make every effort to carry forward their noble work, and that we continue to pursue reform efforts to make United Nations peacekeeping more efficient and effective. That is the best way we can honour the memories and sacrifices of our fallen peacekeepers.”

“United Nations peacekeeping is an investment in global peace, security, and prosperity and remains the most reliable and used tool by the international community to help countries torn by conflict create conditions for lasting peace. We are continuing to work hard to ensure that UN peacekeeping is fit for purpose, performance-driven and cost-efficient. These efforts coupled with the implementation of the Secretary-General’s reform of our peace and security architecture enables us to deploy uniformed and civilian peacekeepers in difficult and challenging environments around the world in an efficient and an effective manner,” said Under-Secretary-General for Field Support, Atul Khare.

Today, more than 96,000 uniformed personnel from 124 troop-and-police-contributing countries serve under the blue flag, alongside more than 15,000 international and national civilian staff and nearly 1,600 United Nations Volunteers.

The International Day of United Nations Peacekeepers was established by the General Assembly in 2002, to pay tribute to all men and women serving in peacekeeping, and to honour the memory of those who have lost their lives in the cause of peace.  The Assembly designated 29 May as the Day because it was the date in 1948 when the United Nations Truce Supervision Organization (UNTSO), the world body’s first peacekeeping mission, began operations in Palestine.

While the Day will be marked in New York on the 24th, UN Peacekeeping operations and UN offices around the world will commemorate the Day on or around the 29th.

 

L’ONU rend hommage à deux Casques bleus gabonais décédés au service de la paix –

Photo published for L'efficacité des opérations de maintien de la paix requiert des moyens adéquats et un soutien...24 mai 2017:  Le Siège de l’ONU célèbrera la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies le 24 mai prochain.  Le Secrétaire général, M. António Guterres, déposera une couronne pour honorer tous les soldats de la paix tombés et présidera une cérémonie au cours de laquelle la Médaille Dag Hammarskjöld sera attribuée à titre posthume à 117 militaires, policiers et civils qui ont perdu la vie en servant dans des opérations de maintien de la paix en 2016.

Deux militaires gabonais figurent parmi les 117 Casques bleus auxquels sera décernée, à titre posthume, la médaille Dag Hammarskjöld, Caporal Ghislain M. Nziengui et Caporal Chef Jauris Nzombi Yopa, qui ont tout deux servi  dans la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

Dans un message vidéo pour marquer cette journée, le Secrétaire général souligne: « Chaque jour, les Casques bleus contribuent à apporter la paix et la stabilité aux sociétés déchirées par la guerre dans le monde entier.  Lors de la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies, nous rendons hommage aux plus de 3 500 soldats de la paix qui ont donné leur vie au service de la paix depuis 1948 ».

Il ajoute: « Leur sacrifice ne fait que renforcer notre engagement à faire en sorte que les forces de maintien de la paix des Nations Unies continuent de protéger les civils en danger, en promouvant les droits de l’homme et l’état de droit, en éliminant les mines terrestres, en faisant progresser les négociations et en assurant un avenir meilleur dans les lieux où ils sont déployés.  Maintenant, plus que jamais, il est essentiel que nous continuions à investir dans la paix dans le monde entier ».

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Jean-Pierre Lacroix, affirme: « Nous continuons à poursuivre les efforts de réforme afin de rendre le maintien de la paix des Nations Unies plus efficace.  C’est la meilleure façon d’honorer les souvenirs et les sacrifices de nos soldats de la paix tombés. »

Selon le Secrétaire général adjoint à l’appui aux missions, M. Atul Khare, « ces efforts, conjugués à la mise en œuvre de la réforme du Secrétaire général de notre architecture de paix et de sécurité, nous permettent de déployer des forces de maintien de la paix en uniforme et en civil dans des environnements difficiles à travers le monde de manière efficace ».

Aujourd’hui, plus de 96 000 membres en uniforme en provenance de 124 pays contributeurs de troupes et de police servent sous le drapeau bleu, aux côtés de plus de 15 000 agents civils internationaux et nationaux et près de 1 600 Volontaires des Nations Unies.

La Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies a été créée par l’Assemblée générale en 2002 pour honorer la mémoire des Casques bleus de l’ONU qui ont perdu la vie au service de la cause de la paix et pour rendre hommage à tous ceux, hommes et femmes, qui ont servi et continuent de servir dans les opérations de maintien de la paix pour leur professionnalisme, leur dévouement et leur courage.

La Journée est officiellement célébrée le 29 mai, toutefois des activités de commémoration auront lieu au Siège de l’ONU à New York le 24 mai.  L’Assemblée générale a désigné le 29 mai comme la Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies parce que c’est ce jour-là qu’en 1948 l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST), la première mission internationale de maintien de la paix, a commencé ses opérations en Palestine.

Pour de plus amples informations, prière de contacter M. Douglas Coffman, du Département de l’information, au tél.: +1 212 963-4481, ou par courriel: coffmand@un.org; ou M. Aditya Mehta, du Département des opérations de maintien de la paix, au tél.: +1 917 367-5378, ou par courrier électronique: mehta2@un.org; ou visitez le site Internet de la Journée des Casques bleus au www.un.org/en/events/peacekeepersday ou le site Internet des Nations Unies sur le maintien de la paix au: http://www.un.org/fr/peacekeeping/operations/pkday.shtml.

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire  général sur l’attaque contre la ville de Bangassou en République centrafricaine [Scroll down for English]

New York, le 14 mai 2017 : Le Secrétaire général est outragé par les attaques perpétrées par des présumés anti-Balaka contre des civils ainsi que contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) les 12 et 13 mai, à Bangassou, dans le sud-est de la République centrafricaine. Ces attaques ont entraîné des déplacements considérables de civils, un nombre indéterminé de victimes civiles ainsi que la mort d’un casque bleu marocain, portant à six le nombre des soldats du maintien de la paix tués en Centrafrique cette semaine.


Le Secrétaire général présente ses condoléances à la famille endeuillée et au Gouvernement du Royaume du Maroc. Le Secrétaire général souligne que les attaques contre les casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre. Il condamne fermement les attaques contre les populations civiles et la MINUSCA et lance un appel aux autorités de la République centrafricaine pour qu’une enquête soit lancée afin que les responsables répondent rapidement de leurs actes devant la justice.

Le Secrétaire général réaffirme la détermination des Nations Unies a avancer la mise en oeuvre du mandate de la MINUSCA. Le Secrétaire général tient à remercier profondément les pays contributeurs de troupe et de police dans leur détermination à protéger les civils.
Ces récents incidents démontrent que la situation en République centrafricaine reste fragile d’où le besoin d’un appuis continu et soutenu de la part de la région et de la communauté internationale pour surmonter les défis auxquelles le pays fait face. 

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the attacks against civilians and MINUSCA peacekeepers in the town of Bangassou in the Central African Republic 

New York 14 May, 2017: The Secretary-General is outraged by the attacks perpetrated by suspected anti-Balaka against civilians and the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA) on 12 and 13 May, in the town of Bangassou, in the south east of the country. These attacks led to significant population displacement, an undetermined number of civilian casualties and the death of one Moroccan peacekeeper, bringing to six the number of peacekeepers killed in the Central African Republic this week.

The Secretary-General offers his condolences to the family of the bereaved peacekeeper and the Government of the Kingdom of Morocco. The Secretary-General reiterates that attacks against United Nations peacekeepers may constitute a war crime. He strongly condemns attacks against the civilian population and MINUSCA and calls on the Central African Republic authorities to investigate the attacks in order to swiftly bring those responsible to justice.

The Secretary-General reaffirms the determination of the United Nations to advance the implementation of MINUSCA’s mandate. The Secretary-General extends his deep appreciation to MINUSCA’s troop and police contributing countries for their support.

These recent incidents amply demonstrate that the situation in the Central African Republic is still fragile hence the need for continued and sustained regional and international support to overcome the challenges at hand.

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur l’attaque contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine [Scroll down for English]

New York, le 9 mai 2017: Le Secrétaire général condamne fermement l’attaque perpétrée par un groupe soupçonné d’anti-Balaka contre un convoi de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) le 8 mai, sur l’axe Rafai-Bangassou, dans le sud-est de la République centrafricaine. L’attaque a causé la mort de quatre casques bleus tandis que dix autres ont été blessés et évacués sur Bangui. Un casque bleu est toujours porté disparu.

Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées at aux Gouvernements des pays contributeurs de troupes concernés, et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Le Secrétaire général souligne que les attaques contre les casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre. Il lance un appel aux autorités de la République centrafricaine pour qu’une enquête soit lancée afin que les responsables répondent rapidement de leurs actes devant la justice.

Le Secrétaire général souhaite réitérer son soutien aux actions de la MINUSCA pour protéger les civils et stabiliser la République centrafricaine, et demande aux parties de répondre favorablement à l’appel du Président Faustin Archange Touadéra en vue d’arrêter les violences et de travailler ensemble pour la stabilité du pays.

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the attack against a convoy of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic

New York, 09 May 2017: The Secretary-General strongly condemns the attack perpetrated by suspected anti-Balaka against a convoy of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA) on 8 May, on the Rafai-Bangassou axis, in the south east of the Central African Republic. The attack led to the death of four peacekeepers while ten others have been evacuated to Bangui. One peacekeeper is still missing.

The Secretary-General offers his deepest condolences to the bereaved families and the Governments of the concerned troop contributing countries, and wishes a swift recovery to the wounded. The Secretary-General would like to underline that attacks against United Nations peacekeepers may constitute a war crime. He calls on the Central African Republic authorities to investigate the attack in order to swiftly bring those responsible to justice.

The Secretary-General would like to reiterate his support to the actions of MINUSCA to protect civilians and stabilise the Central African Republic, and call on all parties to heed President Faustin Archange Touadéra’s call to cease violence and work together towards the stability of the country.

Centrafrique : le chef des opérations de paix affiche un optimisme prudent sur la situation dans le pays

Une jeune fille lit un livre dans un abri de fortune dans un camp de déplacés à Bangui, en République centrafricaine. Photo UNICEF/Tanya Bindra (archives)

15 février 2017 – Devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a déclaré mercredi que la République centrafricaine (RCA), qui se tenait « au bord de l’abîme » il y a encore trois ans, était « en train d’aller de l’avant sous la direction du Président Faustin-Archange Touadéra », malgré la persistance de la violence. « La situation sécuritaire à Bangui, dans son ensemble, s’est progressivement stabilisée au cours de ces derniers mois », a déclaré M. Ladsous soulignant que les violences associées à la transhumance dans le nord-ouest du pays continuaient, contrastant avec le calme relatif qui règne dans la capitale centrafricaine.

Des violences à connotation ethnique

« Les affrontements en cours entre des factions rivales ex-Séléka, à savoir le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), minent la région centrale, notamment en portant une connotation ethnique inquiétante », a-t-il alerté. Le Secrétaire général adjoint a averti que ces combats, principalement alimentés par des luttes de pouvoir et des conflits sur le contrôle des ressources, menaçaient de mettre à mal le processus de paix dans le pays et aggravaient une situation humanitaire déjà « alarmante ». « La violence qui persiste et la réticence de certains groupes à rejoindre le cadre proposé par le Président Touadéra est une source de grave préoccupation », a poursuivi M. Ladsous. Afin d’y remédier, le Secrétaire général adjoint a appuyé l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation entre le gouvernement et tous les groupes armés dans le pays, lancée notamment par l’Union africaine, qui vise à la résolution du conflit et à l’instauration d’une paix durable.

M. Ladsous a souhaité que cette initiative africaine s’appuie sur les efforts du Président Touadéra et a jugé nécessaire que les griefs légitimes des groupes armés ne relèguent pas au second plan les aspirations de la vaste majorité des Centrafricains. « Malgré la situation sécuritaire dans certaines parties du pays, des progrès ont été enregistrés s’agissant du cadre de dialogue formel avec les groupes armés sur le désarmement, la démobilisation, la réintégration et le rapatriement établi par le Président », a-t-il dit, précisant que 12 des 14 groupes armés y participaient.

Parmi les autres avancées, le chef des opérations de maintien de la paix a mentionné le lancement d’une campagne nationale de recrutement de 500 policiers et gendarmes, le déploiement prochain d’un premier contingent centrafricain formé par l’Union européenne (UE) et la nomination, annoncée mercredi, d’un procureur spécial auprès de la Cour pénale spéciale.

VIDEO: La MINUSCA s’est adaptée à la situation évolutive en Centrafrique annonce le chef du maintien de la paix

Une situation humanitaire toujours critique

M. Ladsous a également détaillé la situation humanitaire en RCA qui se dégrade en raison de la violence dans les régions et d’une diminution de l’aide internationale. « Avec environ 2, 2 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, ayant besoin d’une aide alimentaire, et environ 100.000 personnes nouvellement déplacées, la diminution des ressources financières est extrêmement préoccupante », a-t-il dit.

M. Ladsous a, toutefois, souligné « l’inébranlable solidarité » de la communauté internationale avec le peuple centrafricain, marquée par les promesses de don de plus de 2,2 milliards de dollars enregistrées lors de la Conférence de Bruxelles pour la RCA organisée sous les auspices de l’UE en novembre 2016. « Le Cadre d’engagement mutuel signé lors de cette conférence sera un mécanisme important pour un partenariat durable entre la République centrafricaine et la communauté internationale », a affirmé le Secrétaire général adjoint qui a promis l’appui de l’ONU à la RCA en vue d’une bonne mise en œuvre de ce cadre.

Réactivité et flexibilité de la MINUSCA

M. Ladsous a souligné la détermination de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) à utiliser la force pour protéger les civils, comme l’a montré son intervention, le 13 février, contre une colonne de 300 éléments de la coalition menée par les FPRC. « La Mission, ainsi que les forces de Sangaris et de l’UE, ont permis d’empêcher des atrocités de masse et l’effondrement total de l’État centrafricain », a déclaré le chef des Casques bleus, se félicitant du retour de l’ordre constitutionnel dans le pays, qui est aujourd’hui doté d’un Parlement fonctionnel, tandis que l’autorité de l’État se restaure progressivement.

Près de trois ans après sa création, la MINUSCA a également diminué le nombre de ses bases d’opération aux fins d’une plus grande flexibilité. « Les progrès ne doivent pas s’arrêter là », a poursuivi M. Ladsous, appelant à tirer les leçons du passé et à poser les bases d’une paix et d’un développement durable dans le pays, même si la MINUSCA ne saurait être perçue « comme la réponse à tous les défis ». « Je continue de croire que rétablir une paix durable en RCA est à notre portée à tous, collectivement », a conclu le Secrétaire général adjoint.