Category Archives: UN Secretary-General messages

Déclaration conjointe sur la République centrafricaine de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale, l’Union africaine, l’Organisation internationale de la Francophonie, l’Union européenne et l’Organisation des Nations unies

19 février 2017
Libreville, Addis Abéba, Paris, Bruxelles et New York, le 19 février 2017: La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), l’Union africaine, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Union européenne (UE) et l’Organisation des Nations unies (ONU) sont profondément préoccupées par la situation sécuritaire en République centrafricaine (RCA), en particulier dans les préfectures de la Ouaka et de la Hautte-Kotto.

Les cinq organisations partenaires condamnent les dernières violences perpétrées par le Front populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) et ses alliés, ainsi que par le Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC), qui ont causé de lourdes pertes parmi les populations civiles et des déplacements importants, aggravant ainsi une situation humanitaire déjà alarmante. Elles expriment leur profonde appréciation pour l”action robuste que la MINUSCA a prise dans le cadre de son mandat, pour protéger les civils et aider à mettre fin aux violences dans les zones menacées par les belligérants, et l’encouragent à persévérer dans ses efforts. Les cinq organisations partenaires exigent des belligérants qu’ils cessent immédiatement les hostilités. Elles rappellent que toute attaque contre la population civile, le personnel des Nations unies et des organisations humanitaires est passible de poursuites judiciaires, conformément à la législation centrafricaine et au droit international. Elles saluent les mesures prises en vue du fonctionnement effectif de la Cour pénale spéciale.

Les cinq organisations partenaires rappellent que seul le dialogue, dans le respect de l’ordre constitutionnel et démocratique, permettra de trouver des réponses appropriées et durables aux préoccupations légitimes des différents acteurs centrafricains concernés. A cet égard, elles réitèrent l’importance que revêt l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation portée par l”UA, la CEEAC et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et soutenue par l”Angola, le Congo et le Tchad. Elles expriment leur engagement à travailler ensemble à l’aboutissement de cette Initiative, en appui aux efforts du Président Faustin-Archange Touadéra visant à promouvoir durablement la réconciliation et une gouvernance inclusive dans le prolongement des conclusions du Forum de Bangui. Elles soulignent que les groupes armés qui se livreraient à de nouvelles violences courent le risque de s’exclure, d’eux-mêmes, de l’Initiative africaine et s’exposent à des sanctions internationales additionnelles.

Joint statement on the Central African Republic by the Economic Community of Central African States, the African Union, the International Organization of La Francophonie, the European Union and the United Nations

The Economic Community of Central African States (ECCAS), the African Union (AU), the International Organization of La Francophonie (IOF), the European Union (EU) and the United Nations (UN) are deeply concerned by the security situation in the Central African Republic (CAR), particularly in the prefectures of Ouaka and Hautte-Kotto.

The five partner organizations condemn the latest acts of violence perpetrated by the Front populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) and its allies, as well as by the Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC), that have caused heavy civilian losses and significant population displacement, thereby worsening an already alarming humanitarian situation. They express their deep appreciation for the robust action undertaken by MINUSCA, in the framework of its mandate, to protect civilians and help put an end to violence in the areas threatened by the belligerents, and encourage it to continue its efforts.

The five partner organizations demand that the belligerents cease the hostilities immediately. They recall that all attacks against the civilian population, the United Nations and humanitarian personnel may be subject to judicial prosecution, in line with the Central African legislation and international law. They welcome the measures put in place for the operationalization of the Special Criminal Court. The five partner organizations recall that only dialogue, in adherence with the constitutional and democratic order, will allow the concerned Central African actors to find the appropriate and sustainable responses to their legitimate grievances. In this regard, they reiterate the importance of the African Initiative for Peace and Reconciliation led by the AU, ECCAS and the International Conference on the Great Lakes Region (ICGLR) and supported by Angola, the Republic of Congo and Chad. They expressed their commitment to work together for the success of this Initiative, in support of the efforts of President Faustin-Archange Touadéra aimed at sustainably promoting reconciliation and inclusive governance in line with the conclusions of the Bangui Forum. They underscore that those armed groups that engage in new violent acts run the risk of excluding themselves from the African Initiative and expose themselves to additional international sanctions.

A Continent of Hope By António Guterres

Far too often, the world views Africa through the prism of problems.  When I look to Africa, I see a continent of hope, promise and vast potential.  I am committed to building on those strengths and establishing a higher platform of cooperation between the United Nations and the leaders and people of Africa.  This is essential to advancing inclusive and sustainable development and deepening cooperation for peace and security.  That is the message I carried to the recent African Union Summit in Addis Ababa, Ethiopia — my first major mission as United Nations Secretary-General.

Above all, I came in a spirit of profound solidarity and respect.  I am convinced that the world has much to gain from African wisdom, ideas and solutions. I also brought with me a deep sense of gratitude.  Africa provides the majority of United Nations peacekeepers around the world.  African nations are among the world’s largest and most generous hosts of refugees.  Africa includes some of the world’s fastest growing economies.  

The recent resolution of the political crisis in the Gambia once again demonstrated the power of African leadership and unity to overcome governance challenges and uphold democracy, human rights and the rule of law.  I left the Summit more convinced than ever that all of humanity will benefit by listening, learning and working with the people of Africa.

We have the plans in place to build a better future.  The international community has entered the second year of implementing the 2030 Agenda for Sustainable Development, an all-out effort to tackle global poverty, inequality, instability and injustice.  Africa has adopted its own complementary and ambitious plan: Agenda 2063.  For the people of Africa to fully benefit from these important efforts, these two agendas need to be strategically aligned.  It starts with prevention.  Our world needs to move from managing crises to preventing them in the first place.  We need to break the cycle of responding too late and too little.  

Most of today’s conflicts are internal, triggered by competition for power and resources, inequality, marginalization and sectarian divides.  Often, they are inflamed by violent extremism or provide the fuel for it.  The United Nations is committed to working hand-in-hand with partners wherever conflict or the threat of conflict endangers stability and well-being.  But prevention goes far beyond focusing solely on conflict.  The best means of prevention and the surest path to durable peace is inclusive and sustainable development.

We can speed progress by doing more to provide opportunities and hope to young people.  More than three out of five Africans are under 35 years of age.  Making the most of this tremendous asset means more investment in education, training, decent work, and engaging young people in shaping their future. We must also do our utmost to empower women so they can play a full role in sustainable development and sustainable peace.  I am pleased that the African Union has consistently placed a special focus on gender equality and women’s empowerment.  

I have seen it again and again:  When we empower women, we empower the world.  I travelled to Africa as a partner, friend and committed advocate for changing the narrative about this diverse and vital continent.  Crises represent at best a partial view.  But from a higher platform of cooperation, we can see the whole picture – one that spotlights the enormous potential and remarkable success stories in every corner of the African continent.  With that perspective, I have no doubt we can win the battle for sustainable and inclusive development which are also the best weapons to prevent conflict and suffering, allowing Africa to shine even more vibrantly and inspire the world.  

UN envoy strongly condemns attack on UN team near Nigeria-Cameroon border

Mohammed Ibn Chambas, Special Representative of the Secretary-General and Head of the United Nations Office for West Africa and the Sahel (UNOWAS). UN Photo/Rick Bajornas

 1 February 2017 – Strongly condemning an attack against a United Nations monitoring team near the Nigeria-Cameroon border that resulted in the death of five persons, the UN envoy for West Africa and the Sahel region, Mohamed Ibn Chambas, called on both countries to take swift action to bring the perpetrators to justice.

According to preliminary reports, at around 14:00 hours, yesterday, an unknown armed group attacked a UN Technical Monitoring Team, killing five individuals – a UN independent contractor, three Nigerians nationals and one Cameroonian national – and injuring several others.

The team was conducting a field mission in the vicinity of Hosere Jongbi, near Kontcha, Cameroon, about 700 kilometres north of the capital Yaoundé, as part of the Cameroon-Nigeria Mixed Commission mandate.

In a news release issued by the UN Office for West Africa and the Sahel (UNOWAS), Mr. Chambas reiterated the vital role of the Cameroon-Nigeria Mixed Commission in accomplishing the border demarcation, in compliance with a judgment of the International Court of Justice, and in contributing to stability and security in the region.

He also offered his condolences to the families of those killed in the attack and wished a speedy recovery to those injured.

The Cameroon-Nigeria Mixed Commission was established by the UN Secretary-General, at the request of Presidents of Cameroon and Nigeria, in 2002, to settle border issues between the two West African neighbours.

The Mixed Commission’s mandate includes demarcation of the land boundary and delimitation of the maritime boundary between the two countries; withdrawal of troops and transfer of authority in the Lake Chad area, along the land boundary and in the Bakassi Peninsula; addressing the situation of populations affected by the demarcation activities; and development of recommendations on confidence-building measures aiming at promoting peaceful cross-border cooperation.

UN Secretary-General António Guterres on combatting anti-Muslim discrimination

Diversity ‘is richness, not a threat,’ UN chief Guterres tells forum on combatting anti-Muslim discrimination

17 January 2017 – In a message to an event spotlighting the growing challenges of anti-Muslim discrimination as well as hatred in various contexts, United Nations Secretary-General António Guterres appealed today for drawing strength from the principles of inclusion, tolerance and mutual understanding to recognize the value of diversity. “Discrimination diminishes us all. It prevents people – and societies – from achieving their full potential,” said Mr. Guterres in a video message to a high-level event on combating anti-Muslim discrimination and hatred.

“In times of insecurity, vulnerable communities that look different become convenient scapegoats,” he added, calling on everyone to resist cynical efforts that try to divide communities and “portray neighbours as ‘the other’.” Further, noting that anti-Muslim hate crimes, xenophobia, racism, anti-Semitism and other forms of bigotry are on the rise, the UN chief said that many people are victims of intolerance and suspicions that may not appear in statistics, these none the less degrade people’s dignity as well as that of the common humanity.

He also underlined the need people everywhere feel for their cultural identities to be valued – and at the same time to have a strong sense of belonging to the community as a whole, and said that as societies become more multi-ethnic and multi-religious, cultural and economic investments in cohesion are required, so that diversity is rightly seen as a richness, not a threat. The high-level event was organized by the Permanent Missions of Canada and the United States to the UN and the Delegation of the European Union and the Organization of Islamic Cooperation.

In his message, Mr. Guterres also highlighted the Organization’s Together campaign, an effort to promote respect, safety and dignity for all. “Together, let us stand up against bigotry and for human rights. Together, let us build bridges. Together, let us transform fear into hope,” he concluded.

 

Website for new Secretary-General: António Guterres

709941-portrait-21_12_2016-13-00-28

The new UN Secretary-General António Guterres  has a website, which went live on 1 January 2017. Please highlight the website on your platforms starting at that time.

The website links in the official languages are as follows:

Ar: www.un.org/ar/sg/
Ch: www.un.org/zh/sg/
E: www.un.org/sg/en
F: www.un.org/fr/sg
Ru: www.un.org/ru/sg
Sp: www.un.org/es/sg

Le Secrétaire général: Appel à la paix [Scroll down for English version]

709941-portrait-21_12_2016-13-00-28

1 Janvier 2017, New York

Le Secrétaire général : Appel à la paix

En cette première journée à la tête des Nations Unies, une question me pèse sur le coeur. Comment venir en aide aux millions d’êtres humains pris au piège de conflits, et qui souffrent énormément dans des guerres interminables?

Une force meurtrière décime les civils. Des femmes, des enfants, des hommes sont tués ou blessés, forcés à l’éxil, dépossédés et démunis. Même les hôpitaux et les convois humanitaires sont pris pour cible. Dans ces guerres, il n’y a aucun gagnant : tout le monde est perdant. Des milliards de dollars sont dépensés, détruisant des sociétés et des économies entières et alimentant des méfiances et des peurs qui se transmettent de génération en génération. Des régions entières sont déstabilisées, et la nouvelle menace du terrorisme global plane sur nous tous.

En ce Jour de l’An, je vous demande à tous de prendre avec moi cette résolution :

Engageons-nous à faire de la paix notre priorité absolue. 

Faisons de 2017 l’année où nous tous – citoyens, gouvernements et dirigeants – aurons tout fait pour surmonter nos différences. De la solidarité et la compassion dans notre vie quotidienne, au dialogue et au respect quelles que soient les clivages politiques … Des cessez-le-feu sur le champ de bataille aux compromis à la table des négociations pour parvenir à des solutions politiques…

La paix doit être notre objectif et notre guide. Tout ce que nous valorisons en tant que famille humaine – la dignité et l’espoir, le pro-grès et la prospérité – dépend de la paix.

Mais la paix dépend de nous. Engagez-vous à mes côtés au service de la paix, jour après jour. Faisons de 2017 une année pour la paix.

Merci.

Vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=T3yuaI0rfik

The Secretary-General : Appeal for Peace

On my first day as Secretary-General of the United Nations, one question weighs heavily on my heart. How can we help the millions of people caught up in conflict, suffering massively in wars with no end in sight?

Civilians are pounded with deadly force. Women, children and men are killed and injured, forced from their homes, dispossessed and destitute. Even hospitals and aid convoys are targeted. No one wins these wars; everyone loses. Trillions of dollars are spent destroying societies and economies, fueling cycles of mistrust and fear that can last for generations. Whole regions are destabilized and the new threat of global terrorism affects us all.

On this New Year’s Day, I ask all of you to join me in making one shared New Year’s resolution:

Let us resolve to put peace first.

Let us make 2017 a year in which we all – citizens, governments, leaders – strive to overcome our differences. From solidarity and compassion in our daily lives, to dialogue and respect across political divides… From ceasefires on the battlefield, to compromise at the negotiating table to reach political solutions…

Peace must be our goal and our guide. All that we strive for as a human family – dignity and hope, progress and prosperity – depends on peace.

But peace depends on us. I appeal to you all to join me in committing to peace, today and every day. Let us make 2017 a year for peace.

Thank you.

Video : https://www.youtube.com/watch?v=0rElWmRq7p4

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the occasion of the signing of the special agreement on the border dispute between the Republic of Equatorial Guinea and the Gabonese Republic

ban-ki-moon4Marrakech, 15 November 2016

The Secretary-General hosted today a signing ceremony on the margins of the COP-22 in Marrakesh, Kingdom of Morocco, with the President of the Republic of Equatorial Guinea, His Excellency Mr. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, and the President of the Gabonese Republic, His Excellency Mr. Ali Bongo Ondimba. The ceremony marked the successful conclusion of the United Nations mediation, which started in 2008, that aimed at finding a mutually acceptable solution of the border dispute between the two countries for submission to the International Court of Justice.
The Secretary-General commended the two parties for demonstrating political leadership, courage and wisdom in reaching this historic agreement, in accordance with the spirit and letter of the United Nations Charter. He also thanked the parties for the excellent cooperation extended to his lead official for the dispute, Under-Secretary-General for Political Affairs, Mr. Jeffrey Feltman, as well as to his predecessor, Mr. Nicolas Michel.
The Secretary-General expressed hope that the settlement of this longstanding border dispute would be a source of inspiration for other countries facing similar challenges, by demonstrating that a peaceful settlement.
The Secretary-General encouraged President Obiang Nguema Mbasogo and President Bongo Ondimba to continue to enhance bilateral relations between the two countries and reiterated the commitment of the United Nations to assist in the promotion of regional peace and stability, notably through the United Nations Regional Office for Central Africa (UNOCA) in Libreville.

***************************************************************************

Le Secrétaire général a présidé aujourd’hui, en marge de la COP-22 à Marrakech, Royaume du Maroc, une cérémonie de signature avec le Président de la République de Guinée équatoriale, Son Excellence Monsieur Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, et le Président de la République gabonaise, Son Excellence Monsieur Ali Bongo Ondimba. La cérémonie a marqué la conclusion fructueuse de la médiation des Nations Unies qui, depuis 2008, visait à trouver une solution mutuellement acceptable au différend frontalier entre les deux pays afin de le soumettre à la Cour internationale de Justice.
Le Secrétaire général a félicité les deux parties d’avoir fait preuve de leadership politique, de courage et de sagesse pour parvenir à ce compromis historique, conforme à l’esprit et à la lettre de la Charte des Nations Unies. Il a également remercié les parties de leur excellente coopération avec le point focal pour le différend, Monsieur Jeffrey Feltman, Secrétaire général adjoint pour les Affaires politiques, ainsi qu’avec son prédécesseur, Monsieur Nicolas Michel.
Le Secrétaire général a exprimé l’espoir que le règlement de ce différend frontalier de longue date puisse être une source d’inspiration pour d’autres pays confrontés à des défis similaires en démontrant qu’une résolution pacifique et par des voies légales est possible.
Le Secrétaire général a encouragé le Président Obiang Nguema Mbasogo et le Président Bongo Ondimba à continuer à renforcer les relations bilatérales entre leurs deux pays et a réaffirmé l’engagement de l’Organisation des Nations Unies à contribuer à la promotion de la paix et de la stabilité régionales, notamment par l’intermédiaire du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA) basé à Libreville.

*****************************************************************************

El Secretario General convocó el día de hoy una ceremonia de firma en los márgenes de los CP-22 en Marrakech, Reino de Marruecos, con el Presidente de la República de Guinea Ecuatorial, el Excelentísimo Sr. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo y el Presidente de la República Gabonesa, su excelencia el Excelentísimo Sr. Ali Bongo Ondimba. La ceremonia marcó la conclusión exitosa de la mediación de las Naciones Unidas, la cual comenzó en 2008 con el objetivo de encontrar una solución mutuamente aceptable sobre la controversia fronteriza entre los dos países con el fin de someterla a la Corte Internacional de justicia.
El Secretario General felicitó a ambas partes por el liderazgo político, la valentía y la sabiduría que demostraron al llegar a este acuerdo histórico, en conformidad al espíritu y la letra de la Carta de las Naciones Unidas. También agradeció a las partes por su excelente cooperación con el punto focal en la disputa fronteriza, el Sr. Jeffrey Feltman, Secretario General Adjunto para Asuntos Políticos, así como con su predecesor, el Sr. Nicolas Michel.
El Secretario General expresó la esperanza de que la solución de esta larga disputa fronteriza llegue a ser una fuente de inspiración para otros países que enfrentan dificultades similares, demostrando que la solución pacífica a través de mecanismos legales es posible.
El Secretario General alentó al Presidente Obiang y al Presidente Bongo Ondimba a que sigan fortaleciendo las relaciones bilaterales entre sus dos países y reafirmó el compromiso de las Naciones Unidas de seguir apoyando la promoción de la paz y la estabilidad regionales, en particular mediante la Oficina regional de las Naciones Unidas para África Central (UNOCA) con sede en Libreville.

Le Vice-Secrétaire Général – Discours prononcé devant l’Assemblée Nationale de la République Centrafricaine

Bangui, le 2 novembre 2016

ob_7ffd72_jan-eliasson-1-jpg
Très Honorable Président de l’Assemblée nationale, Karim Meckassoua
Honorables Parlementaires,
Honorables Membres du Gouvernement,  
Chers invités,
Mesdames et Messieurs,
Bonjour,

Je vous salue tous. 
[En sango] : Mbi Bala Ala Koué.

C’est pour moi un grand honneur et un réel plaisir de visiter la République centrafricaine au nom des Nations unies et du Secrétaire générale Ban Ki-moon et de me trouver ici, devant votre haute Assemblée nationale. Je vous remercie vivement de me donner, aujourd’hui, l’occasion de m’adresser à vous. J’apprécie beaucoup les mots très aimables que vous avez eu à mon endroit et à l’endroit des Nations Unies et de la MINUSCA.
Plus tôt ce matin, j’ai eu l’honneur de rencontrer Son Excellence le Président Touadéra. Il m’a fait part de sa vision lucide pour l’avenir du pays. Pour venir ici, j’ai traversé la ville et j’ai été frappé de constater les progrès considérables accomplis par la RCA (République centrafricaine) et la vitalité de son peuple. Le succès des élections peut servir d’exemple pour l’Afrique centrale et tant d’autres pays du monde. Votre élection à cette Assemblée et le rétablissement de l’ordre constitutionnel n’aurait pas été possible si les forces de la paix n’avaient pas vaincu les forces de la haine.  Un nombre sans précédent de Centrafricains se sont inscrits sur les listes électorales pour décider de l’avenir de leur pays.  Les centrafricains ont ainsi clairement exprimé leur désir de paix et de prospérité pour l’avenir. Félicitations à vous tous ! 
Mesdames et Messieurs,Le mois d’octobre a été particulièrement violent. Cela a résulté à la mort tragique de nombreuses personnes et plusieurs blessés, notamment ici à Bangui, à Bambari ou à Kaga Bandoro. Nous avons tiré les leçons de ces évènements douloureux et ferons tout ce qui est en nos capacités pour prévenir de telles atrocités. Je condamne fortement ces violences. Je tiens aussi à exprimer toute ma compassion et mes condoléances à votre peuple et aux familles de toutes les victimes.
Je vous assure que nous sommes déterminés à faire toute la lumière sur l’incident regrettable de lundi dernier à Bangui. La MINUSCA soutiendra toute demande formulée par les autorités judiciaires de la RCA à cet effet. J’affirme sans ambiguité que la Mission est là pour protéger la population centrafricaine et elle le fera en toute impartialité. Nous respectons le droit de chacun de manifester pacifiquement et protégerons ce droit si nécessaire. Mais, je vous appelle aussi à ne pas céder aux discours provocateurs ou aux tentatives de déstabilisation de vos nouvelles institutions démocratiques par les ennemis de la paix. Nous devons ensemble faire front contre ceux qui veulent empêcher la marche résolue et pacifique du pays vers plus de progrès et prospérité partagée.
Mesdames et Messieurs,
Le peuple centrafricain vous a donné un mandat clair, un mandat de paix, un mandat de changement. Un parlement dynamique et actif est l’un des piliers de la démocratie. Je vous engage à vous acquitter de votre mandat de bonne foi, à défendre les intérêts de vos électeurs et à œuvrer dans l’intérêt supérieur du pays et son peuple. La réconciliation devrait être au cœur de tous vos efforts. Pour guider le pays sur la voie de la paix, de la réconciliation et du développement, il est indispensable d’œuvrer ensemble.
Les problèmes que connaît la République centrafricaine sont redoutables. Près d’un million de centrafricains sont déplacés. La moitié de la population a besoin d’aide humanitaire comme vous le savez. Pratiquement toute l’infrastructure et les services essentiels doivent être reconstruits.
Pour aller de l’avant, il faudra traiter les causes profondes du conflit, mettre fin à l’impunité, favoriser l’ouverture politique et lutter contre la marginalisation de certains groupes et de certaines communautés. En votre qualité de parlementaires, vous jouez un rôle crucial. Vous avez le pouvoir d’adopter des lois propres à garantir l’égalité et le bien-être de tous les centrafricains.  Vous avez le pouvoir de demander des comptes au gouvernement sur sa gestion du pays, et de répondre aux besoins et aux aspirations des hommes, femmes et enfants que vous représentez.
Je vous engage vivement à unir vos efforts pour atteindre ces objectifs communs. L’Histoire retiendra les noms des dirigeants qui font passer les intérêts de la nation avant les leurs. Je vous conjure non seulement de jouer votre rôle traditionnel de parlementaires, mais également de vous faire les défenseurs du dialogue et de la réconciliation, en vous appuyant sur les résultats importants du Forum de Bangui.
Mesdames et Messieurs,
Devant vous aujourd’hui, je réaffirme la profonde détermination de l’Organisation des Nations Unies et de la communauté internationale à honorer pleinement leur partenariat avec la République centrafricaine. En ce qui concerne l’ONU, l’appui que nous avons fourni dans les domaines de l’aide humanitaire, de la réconciliation, du relèvement et du développement, et bien entendu, la présence de la MINUSCA, sont les preuves de notre engagement.
Dans l’accomplissement de notre mission dans votre pays, nous continuerons à faire de la protection des populations civiles une préoccupation fondamentale. A cet égard, le Secrétaire génerale et moi-même continuerons à exiger de nos casques bleus et de tous nos personnels une conduite exemplaire et un respect strict de notre politique de tolérance zéro contre l’exploitation sexuelle et les abus sexuels. Avec le Gouvernement centrafricain, l’Union européenne, l’ONU, et la Banque mondiale, nous avons élaboré un « plan national pour le relèvement ». Ce plan sera présenté et examiné à la conférence des donateurs à Bruxelles le 17 novembre, à laquelle je participerai et je dirigerai la délégation des Nations Unies.
Je suis certain que les autorités centrafricaines sauront montrer au peuple et à la communauté internationale qu’elles se sont durablement engagées à faire ce qu’il faut. C’est à dire entreprendre les transformations nécessaires pour rétablir la sécurité à long terme et la justice pour tous les centrafricains, en instituant une gouvernance inclusive, dans le respect de l’état de droit. Ensemble, nous devons bâtir, et nous bâtirons, un avenir meilleur pour le peuple centrafricain. L’ONU est là, à votre côté, dans cette mission noble et nécessaire.
Travaillons ensemble pour la paix, la sécurité et une vie en dignité pour le peuple centrafricain.
Je vous remercie pour votre invitation et votre attention.

UN Secretary-General on the Central African Republic [scroll down for French]

Secretary General Ban Ki-moon. UN Photo/Mark Garten (file)

Secretary General Ban Ki-moon. UN Photo/Mark Garten (file)

New York, 25 October 2016,

The Secretary-General condemns the outbreak of violence on 24 October in Bangui, Central African Republic, which resulted in the tragic death of at least four civilians and the injuring of a further nine. He deplores the attacks against the Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA), in which five peacekeepers were injured.

The Secretary-General welcomes the determination of the Government to ensure that the perpetrators and instigators of these attacks are brought to justice. He also welcomes the commitment of MINUSCA to investigate the events which led to the deaths and injuries.  He reiterates that MINUSCA will take all necessary measures, in line with its mandate to protect civilians and foster stability.

The Secretary-General reiterates that the actions of those seeking to destabilize the Government and harm the country’s prospects for peace and stability must not undermine the important work of rebuilding the country’s infrastructure, promoting social cohesion, reconciliation and economic recovery, strengthening the rule of law, and creating opportunities for all.

He welcomes the important steps taken by the Government to address the root causes of the conflict through an inclusive political process and lay the foundations for long-term stability in the Central African Republic. He is confident that the upcoming donors’ conference in Brussels, on 17 November, will galvanize international support for these key priorities.

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur la République centrafricaine

New York, 25 octobre 2016, Le Secrétaire général condamne les violences récentes du 24 octobre à Bangui, en République centrafricaine, qui ont causé la mort tragique d’au moins quatre civils et en ont blessé plus de neuf. Il déplore les attaques contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), au cours desquelles cinq casques bleus ont été blessés.

Le Secrétaire général salue la détermination du Gouvernement à garantir que les auteurs et les instigateurs de ces attaques soient traduits en justice. Il salue également l’engagement de la MINUSCA à enquêter sur ces évènements qui ont entraîné des morts et des blessés. Il réitère que la MINUSCA prendra toutes les mesures nécessaires conformément à son mandat pour protéger les civils et pour renforcer la stabilité.

Le Secrétaire général réitère que les actes de ceux dont l’objectif est de déstabiliser le Gouvernement et de nuire aux perspectives de paix et de stabilité dans le pays, ne doivent pas saper le travail important de reconstruction des infrastructures du pays et de sa cohésion sociale, de promotion de la réconciliation et du redressement économique, de renforcement de l’état de droit, et de création d’opportunités pour tous.

Il se félicite des importantes mesures prises par le Gouvernement pour résoudre les causes profondes du conflit par le biais d’un processus politique inclusif et pour jeter les bases d’une stabilité durable en République centrafricaine. Il est convaincu que la prochaine conférence des donateurs à Bruxelles le 17 novembre renforcera le soutien des partenaires internationaux à ces priorités majeures.

The Secretary-General – Message on the International Day For the Eradication of Poverty, 17 October 2016

We are approaching the end of the first year of implementing the 2030 Agenda for Sustainable Development.  With its 17 Sustainable Development Goals, the 2030 Agenda is a universal vision for peace, prosperity and dignity for all people on a healthy planet.  Achieving this objective is inconceivable without fulfilling the mandate of SDG 1 to end poverty in all its forms.

Today, some 1 billion people live in extreme poverty and more than 800 million endure hunger and malnutrition.  But poverty is not simply measured by inadequate income.  It is manifested in restricted access to health, education and other essential services and, too often, by the denial or abuse of other fundamental human rights.  Poverty is both a cause and consequence of marginalization and social exclusion.  To fulfil the promise of the 2030 Agenda to leave no one behind, we must address the humiliation and exclusion of people living in poverty.

Humiliation and exclusion are powerful drivers of social unrest and, in extreme cases, the violent extremism that is troubling so many parts of our world.  But, in most instances, people living in poverty respond to these societal ills with stoic resilience as they work to escape the degrading reality of their daily lives. The duty of all Governments and societies is to address systemic socio-economic inequalities and facilitate the engagement of all people living in extreme poverty so they can help themselves, their families and their communities to build a more equitable, sustainable and prosperous future for all.  

The message of today’s observance is “Moving from Humiliation and Exclusion to Participation: Ending Poverty in All its Forms”.  We must break down the walls of poverty and exclusion that plague so many people in every region of the world.  We must build inclusive societies that promote participation by all.  We must ensure the voices of all those living in poverty are heard.

On this International Day for the Eradication of Poverty, let us listen to and heed the voices of people living in poverty.  Let us commit to respect and defend the human rights of all people and end the humiliation and social exclusion that people living in poverty face every day by promoting their involvement in global efforts to end extreme poverty once and for all.

######################################################################

Nous approchons de la fin de la première année de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui, avec ses 17 objectifs de développement durable, constitue la vision universelle qui nous guide dans l’action que nous menons afin que tous puissent vivre dans la paix, la prospérité et la dignité sur une planète saine. La réalisation de cet idéal passe par celle de l’objectif 1, éliminer la pauvreté sous toutes ses formes.

Aujourd’hui, 1 milliard de personnes environ vivent dans la pauvreté extrême et plus de 800 millions souffrent de la faim et de la malnutrition. Cependant, la pauvreté ne se mesure pas simplement à l’indigence d’un revenu. Elle se manifeste par un accès insuffisant à la santé, à l’éducation et à d’autres services essentiels et, trop souvent, par le déni ou la violation d’autres droits fondamentaux.  La pauvreté est à la fois cause et conséquence de marginalisation et d’exclusion sociale. Pour tenir la promesse du Programme 2030 – ne laisser personne de côté –, nous devons mettre fin à l’humiliation et à l’exclusion de ceux qui vivent dans la pauvreté.

L’humiliation et l’exclusion sont d’importantes causes d’instabilité sociale et, dans le pire des cas, de l’extrémisme violent qui agite tant de parties du monde. Cependant, dans la plupart des cas, les personnes vivant dans la pauvreté font face à ces maux de la société en faisant preuve d’une résilience stoïque, travaillant pour fuir la réalité dégradante de leur vie quotidienne. Tous les gouvernements et toutes les sociétés ont le devoir de résoudre les inégalités socioéconomiques systémiques et d’aider tous ceux qui vivent dans la pauvreté extrême à se prendre en charge, ainsi que leur famille et leur communauté, et à construire un avenir plus équitable, plus durable et plus prospère pour tous.  

Le thème de cette journée internationale est : « Passer de l’humiliation et de l’exclusion à la participation : éliminer la pauvreté sous toutes ses formes ». Nous devons abattre les murs de la pauvreté et de l’exclusion qui accablent tant de personnes dans toutes les régions du monde. Nous devons bâtir des sociétés sans exclusive, favorisant la participation de tous. Nous devons faire entendre les voix de tous ceux qui vivent dans la pauvreté.

En cette Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, écoutons les voix de ceux qui vivent dans la pauvreté. Engageons-nous à respecter et à défendre les droits fondamentaux de tous et à mettre fin à l’humiliation et à l’exclusion sociale que subissent chaque jour ceux qui vivent dans la pauvreté, en les associant à l’action mondiale visant à éliminer la pauvreté extrême une fois pour toutes.